DOSSIER

20 août 2008

Californication : du cru, du cul, du culte !

En DVD : Une série dont le pilote commence par une scène de fellation suivie d’une scène où le héros casse la gueule d’un con qui utilise son portable au cinéma, une série comme ça, et bien, moi, je dis : "respect" !
Cette série de Showtime, c’est Californication et elle vient de sortir dans un coffret DVD chez Paramount Home Entertainment. Comme son titre l’indique, le sexe tient une place importante dans la vie des personnages. Notamment celle de Hank, écrivain prometteur qui se trouve en panne d’inspiration après avoir quitté New York pour Los Angeles. Il est tellement au fond du trou qu’il en est réduit à tenir… un blog ! Quelle horreur !
A cette sécheresse artistique, s’ajoute un désert sentimental : sa femme est partie avec sa fille pour vivre chez un autre type. Résultat : Hank boit, Hank baise, Hank se drogue, Hank promène son cynisme aux quatre coins de la ville. Et pourtant, il n’a pas perdu espoir de reconquérir le cœur de son ex.
Mulder l’a dure
Basée sur le même principe que l’excellent Dream On, Californication est une série irrévérencieuse et pleine d’humour. Et de cul, donc. Pas étonnant qu’elle soit devenue culte dès sa première saison, et même dès son premier épisode (pour une scène polémique avec une nonne).
La personnalité du héros y est pour beaucoup, de même que l’interprétation de David Duchovny. Lequel brosse un personnage nonchalant, désabusé sans le rendre antipathique. Au contraire ! L’ex-agent Mulder d’X-Files est également coproducteur, au même titre que Stephen Hopkins, réalisateur (Blown Away, L’Ombre et la Proie, Lost In Space, Suspicion – le remake raté de Garde à Vue) et co-créateur de 24 Heures Chrono.
Le coffret DVD comprend quelques bonus : des interviews des acteurs ainsi que le premier épisode de Dexter. Ci-dessous le trailer et un extrait de Californication. Comme dirait John McClane en arrivant à L.A. dans Die Hard : "Fucking California !"
Anderton





Californication: Trailer sélectionné dans Cinéma et


Aucun commentaire:

Translate this blog