DOSSIER

30 avril 2008

Iron Man fait l'armure, pas la guerre !

En salles : On vous a déjà dit tout le bien que l'on pensait d'Iron Man (lire : J'ai vu Iron Man, mes premières impressions). Au delà du film d'action réussi, l'oeuvre de Jon Favreau balance quelques piques bien senties sur l'American way of life.
Guerre à la guerre
Tony Stark (Robert Downey Jr) est un magnat de l'industrie dont l'activité principale consiste à fabriquer des armes. Sans complexe. Certes, le milliardaire rappelle à une journaliste toutes les retombées scientifiques et médicales de la R&D dans le domaine militaire mais fondamentalement, il croit au pouvoir du canon. La paix n'est possible qu'avec un gros bâton dans la main, déclare-t-il, reprenant la célèbre expression est de Theodore Roosevelt. Expression qui résume assez bien la doctrine américaine de défense.
Or, que montre Iron Man (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos, buzz...) ? Que ce sont les Américains qui déploient des armes de destruction massive en Afghanistan (le missile Jéricho mis au point par Stark Industries) et que ce sont les fabricants d'armes US (Stark accepte même d'être qualifié de "marchand de la mort") qui contribuent à armer les ennemis mêmes de l'Amérique et à provoquer des victimes civiles innocentes.
Des "rouges" aux "barbus"
Quand Tony Stark est confronté personnellement aux conséquences de sa politique industrielle, sa conception du monde en est bouleversée. Dès lors, la création d'Iron Man ne vise pas à créer une super machine de guerre mais à mettre au point une machine de paix. Un renversement de discours d'autant plus intéressant que le personnage d'Iron Man a été créé par Stan Lee et Don Heck dans les années soixante pour s'opposer au péril rouge.
Lisez L'Intégrale Iron Man tome 1 (1963-1964), une anthologie des premiers épisodes de la BD, publiée par Panini Comics : lors d'une visite aux troupes américaines au Vietnam, Tony Stark est kidnappé par un affreux Vietcong et c'est pour lui échapper qu'il construit sa fameuse armure. Si les communistes sont remplacés par les terroristes islamistes, le discours belliqueux disparaît du film et pas seulement sous le coup du politiquement correct. Favreau dénonce bien l'interventionnisme US au Moyen-Orient : une politique qui aboutit aux résultats inverses de ceux recherchés.
Super-héros écolo ?
L'autre coup de griffe est balancé à la politique énergétique américaine. A l'arrière-plan d'une scène, sur le site du groupe Stark, les usines crachent de sombres fumées. Et pourtant, les ingénieurs du groupe ont mis au point une mystérieuse énergie qui reste confinée au site. L'associé de Stark, Obadiah Stane (Jeff Bridges), précise qu'il ne s'agit que de la poudre aux yeux destinée à calmer "les hippies". Et pourtant, cette énergie servira à maintenir Stark en vie tout en fournissant l'énergie (propre) nécessaire au fonctionnement d'Iron Man.
Détail intéressant : lors du combat final, Iron Monger jette Iron Man dans un bus dont le flanc est recouvert d'une pub pour l'hydrogène. De l'énergie propre !
Allez, je rassure ceux que cette analyse rebuterait par avance, le message de Favreau ne brouille pas du tout le récit. Iron Man reste avant tout un pur divertissement avec, disons, un supplément d'esprit.
Pour info : LCI.fr nous apprend que les exosquelettes à la Iron Man, ce n'est pas de la science-fiction...
Anderton

Festival de Cannes : séléction officielle (fin)

Buzz : Quand c'est fini, y en a encore. Trois autres films sont sélectionnés pour le Festival de Cannes 2008 :
- L'Aveuglement de Fernando Meirelles, qui fera l'ouverture du festival. Adapté d'un roman de José Saramago, le film présente une ville sur laquelle s'est abattue une mystérieuse épidémie de cécité. Julianne Moore, Mark Ruffalo, Danny Glover et Gael Garcia Bernal sont au casting.
- Two Lovers de James Gray, qui persiste avec Joaquin Phoenix, son compère de La Nuit nous appartient, Gwyneth Paltrow et Vinessa Shaw.
- Entre les murs de Laurent Cantet. Autre adaptation, cette fois-ci du livre de François Bégaudeau. L'histoire : la vie quotidienne dans une classe d'un collège difficile.
On vous avait présenté ici le reste de la sélection officielle. Marjane Satrapi et Jeanne Balibar rejoigne par ailleurs le jury présidé par Sean Penn.
Barry Levinson aura l'honneur de clôturer le 61e festival avec sa comédie What Just Happened ?, qui réunit Sean Penn justement, Robin Wright Penn (Mme Penn), Bruce Willis, John Turturro et Robert De Niro. Lequel remettra la Palme d'Or.
Anderton

29 avril 2008

The Dark Knight : 5 nouvelles affiches

Buzz : Et voici cinq nouvelles affiches de The Dark Knight (découvrez ici notre dossier : vidéos, photos, infos...). Et c'est toujours aussi bien vu. Chaque affiche colle à la personnalité des principaux personnages : Batman (Christian Bale), le Joker (Heath Ledger - R.I.P., lire nos articles ici) et Harvey Dent (Aaron Eckhart).
Il faudrait créer un Oscar du marketing. Cloverfield (découvrez notre dossier : trailers, photos, infos, buzz...) et The Dark Knight mériteraient de repartir avec une statuette.
Anderton

28 avril 2008

Indiana Jones 4 : un 2e spot TV avec des nouveautés

Buzz : D'abord, trois nouvelles photos d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal aka Indiana Jones 4 (cliquez ici pour découvrir toutes les infos, photos et vidéos). Commentaires : la jungle, c'est vraiment... la jungle, Cate est canon et Shia a un gros engin !
Et puis, voici le 2e spot TV du film. Particularité : on voit quelques nouvelles images et on entend les personnages parler, notamment Harrison Ford, Shia LaBeouf, Cate Blanchett (avec un accent russe) et Ray Winstone.
On dit merci à Steven Spielberg et George Lucas car leur film donne toujours autant envie. Vivement le 21 mai ! Sinon, le spot TV se regarde ci-dessous et dans. Enjoy !
Trailer pécho via Cinematical et photos péchos via Filmonic
Anderton




Jeff Bridges, roi du surf

Sur le web : Jeff Bridges est un artiste. Comédien, bien sûr, mais pas seulement. Photographe (il aime bien immortaliser les tournages des films auxquels il participe), peintre, chanteur... On retrouve les talents multiples du bonhomme sur son site internet, jeffbridges.com, découvert grâce à The Director's Cup (salve Paolo !).
C'est très visuel, très beau, très original. Dans la rubrique Latest, Bridges illustre son actualité. Exemple avec la sortie en DVD de Surf's Up (Les Rois de la Glisse). Sinon, dans les salles obscures, le Dude est à l'affiche de l'excellent Iron Man (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos, buzz...).
Anderton

Star Trek : les fans se font tirer l'oreille

Buzz : C'est excellent et c'est "spéciale dédicace" à L'Olive. Pour savoir comment tout a commencé donc, vous pouvez vous brancher sur Sci Fi ou bien attendre la sortie du Star Trek (découvrez ici le teaser) de J.J. Abrams.
Il ne devrait pas remonter aussi loin que sur l'affiche mais il sera question des premières années de l'équipage, à l'Académie de Starfleet. Pour info, je rappelle le cast : Chris Pine (Kirk), Zachary Quinto (Spock), Winona Ryder (Amanda), Karl Urban (Leonard McCoy), Eric Bana (Nero), Simon Pegg (Scotty), Anton Yelchin (Pavel Chekov), Zoe Saldana (Nyota Uhura), John Cho (Sulu), Bruce Greenwood (Christopher Pike), Leonard Nimoy (Spock en plus vieux), Clifton Collins Jr. (Ayel), Jennifer Morrison (Winona Kirk), Tyler Perry (chef de l'Académie Starfleet) et Chris Hemsworth (George Kirk).
A noter que le site internet de Star Trek présente le teaser en HD.
La superbe affiche de Sci Fi a été pécho chez l'excellent GuiM
Anderton

26 avril 2008

The Dark Knight : l'affiche qui pète le feu

Buzz : La nouvelle affiche de The Dark Knight (découvrez ici notre dossier : vidéos, photos, infos...) est tout simplement sublime. Après avoir pas mal axé la com sur le Joker, interprété par Heath Ledger (R.I.P., lire nos articles ici), la prod remet en scène Batman (Christian Bale). Le sombre héros, le justicier rongé par la culpabilitéet la vengeance...
Putain, vivement la sortie du film de Christopher Nolan !
Anderton

Bilbo le Hobbit : Guillermo del Toro officialisé

Buzz : C'est officiel de chez officiel.
L'annonce a été officialisée jeudi par New Line Cinema et Metro-Goldwyn-Mayer.
L'adaptation du prequel du Seigneur des Anneaux sera constituée de deux films. Lesquels seront tournés simultanément en Nouvelle-Zélande à partir de 2009.
Peter Jackson sera le producteur exécutif. Sorties prévues en 2010 et 2011.
A mon sens, ce choix est excellent. En même temps, je me demande si del Toro n'a pas été choisi parce que, comme Jackson, il ressemble à un Hobbit...
Anderton

25 avril 2008

Megan Fox, la femme la plus sexy du monde

Sexy Stars : Comme chaque année, FHM a décerné le titre de Femme la plus sexy de la planète. Le magazine a récolté près de 9,7 millions de votes dans le monde entier ! On ne fait pas durer le suspense puisque vous avez lu le titre et baver devant la photo : Megan Fox remporte le trophée de la méga-canon.
Devant un tel châssis, on est tous comme Shia LaBeouf dans Transformers. On bafouille et on a des gouttes de sueur qui perlent sur le coin du front.
Allez, on vous livre le reste du Top Ten :
3) Keeley Hazell
4) Elisha Cuthbert
7) Cheryl Cole
8) Hilary Duff
10) Keira Knightley
Pour info, il y a une Frenchie dans le Top 100... Vous avez deviné ? Marion Cotillard, of course. Elle termine en 99e position. Allez, vous pouvez éteindre votre ordi et allez faire de beaux rêves.
Anderton

Hamlet 2 : un Hamlet avec des œufs ?!!!

Buzz : C’est sans doute le meilleur titre de film depuis…pfff… depuis Star Wars 2 ?!!! Bon bref, vous l’avez compris avec un titre comme ça on nage en pleine grosse comédie plus grasse que grâce. Les créateurs de South Park se sont alliés au caméléon Steve Coogan, vu dans Une Nuit au Musée, Hot Fuzz, Marie-Antoinette et bientôt dans Tropic Thunder (découvrez ici notre dossier).
C’est rigolo Shakespeare !
Je ne sais pas si sur 1h30 ça va tenir la route, mais le trailer, à voir ci-dessous et dans notre playlist Wat, est fun et la comédie musicale que le prof monte annonce quand même une scène finale avec des jedi, Dieu et des rockers !!! Le film, signé Andy Fleming, semble calqué sur les comédies dramatiques (dans tous les sens du terme) genre Dance with me ou Esprits rebelles où Antonio Banderas et Michelle Pfeiffer essayait de faire un spectacle avec une bande de jeun’s qui ne rigolait pas.
Un bon prétexte pour bien déconner, quoi.
Marcel Martial (MC Marcel)


24 avril 2008

Hancock : un trailer 2 spectaculaire

Buzz : La première bande-annonce de Hancock (découvrez ici trailers et bonnes infos) nous avait aguiché, la deuxième nous emballe ! Malgré un site internet pourrave, cette histoire de super-héros casse-burnes s'annonce très prometteuse.
Pour rappel, Will Smith incarne Hancock, le super-zéro. Charlize Theron et Jason Bateman complète la distribution. Le tout est filmé par Peter Berg (Le Royaume, Friday Night Lights). Le trailer se mate ci-dessous et dans notre playlist Wat. Enjoy !
Anderton


Jeux de Dupes : dans les règles du lard !

En salles : Dans Jeux de Dupes (découvrez notre dossier : trailers, photos, infos...), Dodge Connelly (superbe George Clooney) est une vraie tête de lard. Pour lui, le foot US, c’est distribuer des doigts dans l’œil, des bourres pifs et des compressions manuelles de testicules.
Seulement voilà personne ne vient voir les matches de son équipe. Alors que le même jeu au niveau universitaire est en plein boum, il a l’idée de recruter The Bullet (le mou mou John Krasinski), idole des foules, qui en plus d’être bon joueur, est aussi un héros de la première guerre mondiale : il est l’incarnation de ce que les USA adorent et vénèrent.
Cependant, une journaliste gouailleuse et fouille merde (redoutable Renée Zellweger) pense que c’est un usurpateur et entend bien détruire le mythe. C’est donc un ménage à trois bordélique mais sincère et sympathique que nous allons suivre pendant près de 2 heures pas désagréables.
Touchdown !
Big George n’en finit pas de remonter le temps de la courte histoire de sa nation après les 70’s (Confessions d’un homme dangereux) et les 50’s (Good Night and Good Luck), le voici dans les années 20 ou prohibition rime avec baston. Au-delà de ce que chacun voudra y voir en matière de messages sous-jacents, je retiendrai surtout cet hommage aux comédies des années 30/40.
Clooney joue plus que jamais du sourire en coin et campe un personnage né d’un ménage à 3 entre Gary Cooper, Clark Gable et Cary Grant. Son duo avec Zellwegger nous plonge en plein souvenirs d’une sublime époque hollywoodienne et nous rappelle les merveilleux Mon épouse favorite ou La Huitième Femme de Barbe Bleue. Même s’il est loin d’être Capra ou Lubitsch, il n’en oublie pas de leur adresser un clin d’œil que tout cinéphile ne peut qu’apprécier.
Marcel Martial (La vie est belle)

23 avril 2008

Festival de Cannes 2008 : films en compétition

Buzz : Il fait beau et tous les rédacteurs de Cinéblogywood sont partis se dorer la pilule (et le reste) dans les parcs.
Entre un verre de rosé et une brochette pour étrenner le barbecue (en région parisienne, un rayon de soleil et on devient fou), je vous livre avec un tout petit peu de retard la liste des 20 films sélectionnés pour le Festival de Cannes 2008, qui se tiendra du 14 au 25 mai:
- Les trois singes de Nuri Bilge Ceylan
- Le Silence de Lorna de Jean-Pierre et Luc Dardenne
- Un conte de Noël d'Arnaud Desplechin
- Changeling de Clint Eastwood
- Adoration d'Atom Egoyan
- Waltz with Bashir d'Ari Folman
- La Frontière de l'Aube de Philippe Garrel
- Gomorra de Matteo Garrone
- Synecdoche, New York de Charlie Kaufman
- My Magic d'Eric Khoo
- La Mujer sin Cabeza de Lucrecia Martel
- Serbis de Brillante Mendoza
- Delta Kornel de Mundruczo
- Linha de Passe de Walter Salles
- Il Divo de Paolo Sorrentino
- Leonera de Pablo Trapero
- Che de Steven Soderbergh
- The Palermo Shooting de Wim Wenders
- 24 City de Jia Zhangke

Rapide commentaire : on retrouve les abonnés (Dardenne, Egoyan, Wenders, Soderbergh) et les habitués (Desplechin, Eastwood, Garrel). Les Italiens, absents de la sélection 2007, sont de retour, notamment avec Gomorra, l'adaptation du livre éponyme sur la Camorra (cf : Quand la mafia habille Angelina Jolie). A titre perso, Eastwood, Soderbergh, Salles, Kaufman et Garrone me font saliver. Et vous ?
A noter aussi hors compétition, deux films américains très attendus Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal aka Indiana Jones 4 (cliquez ici pour découvrir toutes les infos, photos et vidéos) et Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen. Ce dernier long-métrage échauffe les esprits : il contiendrait la scène d'ébats lesbiens entre Scarlett Johansson et Penelope Cruz...
Pour rappel, le président du jury est Sean Penn (un bon point pour son pote Clint Eastwood). Il sera entouré de Sergio Castellitto, Natalie Portman, Rachid Bouchareb, Alfonso Cuaron, Alexandra Maria Lara et Apichatpong Weerasethakul.
Anderton

22 avril 2008

Disney se met au vert

Buzz : La Marche de l'Empereur, Un Jour sur Terre... Les documentaires sur les fragiles merveilles de notre planète séduisent le public. Les Studios Walt Disney, qui avaient déjà produit la série TV "naturaliste" True-Life Adventures dans les années 50, ont décidé à leur tour de se lancer dans cette démarche et pas qu'un peu : leur président, Dick Cook, a annoncé aujourd'hui, la création de DisneyNature, un nouveau label de production de films.
Sous la responsabilité de Jean-François Camilleri, cette structure sera basée à Paris. Objectif : "produire de grands films sur la nature". Voici les principaux longs-métrages en développement ou en production :
- Les Ailes Pourpres : le Mystère des Oiseaux de Feu de Matthew Aeberhard et Leander Ward. Les oiseaux en question sont les flamants roses qui vivent par million sur les rives du Lac Natron, dans le nord de la Tanzanie. Sortie France : 17 décembre 2008.
- Orangs-Outans : Minuit Moins Une de Charlie Hamilton James. L'histoire vraie d'une mère et de ses deux enfants qui traversent la jungle indonésienne pour lutter contre l'extinction de ces grands singes. Sortie mondiale : 2010.
- Les Fleurs de l'Amour de Louie Schwartzberg. Plongée dans l'univers végétal à travers les liens qui unissent fleurs et animaux. Sortie mondiale : 2011.
- Félins de Keith Scholey et Alastair Fothergill. Direction les plaines du Serengeti en Tanzanie, pour suivre "un groupe de lions, un léopard solitaire et un couple de guépards prêts à tout pour protéger leur famille". Sortie mondiale : 2012.
- Chimpanzé de Mark Linfield et Alastair Fothergill. La vie d'une femelle chimpanzé dans une forêt de Côte d'Ivoire. Sortie mondiale : 2012.
Par ailleurs, DisneyNature distribuera aux Etats-Unis Un Jour sur Terre (Earth) en 2009 et Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, en 2010.
Anderton

Barry Sonnenfeld testeur à l'oeil

Artistes : Qu'est devenu Barry Sonnenfeld ? Vous vous souvenez, le réalisateur de Men In Black, Get Shorty, La Famille Addams ?
A part RV, une comédie qui est l'équivalent de Camping mais en motorisé, sorti en 2006 (avec Robin Williams en tête d'affiche), le réalisateur n'avait rien tourné pour le cinéma depuis Men in Black 2 en 2002.
Bon, il a pas mal travaillé pour la télévision, en tant que réal et producteur de séries (Notes from the Underbelly, Pushing Daisies).
Il s'est aussi impliqué dans la prod d'Il Etait une Fois (Enchanted), Tueurs de Vieilles Dames (The Ladykillers), Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire.
De quoi jumelle ?!
Etonnant quand même pour un bonhomme qui avait été propulsé roi de la comédie à effets spéciaux. Encore plus étonnant, Sonnenfeld est devenu chroniqueur techos pour le magazine Esquire ! Sous le surnom de The Digital Man, l'ex-chef opérateur des frères Coen fait des tests de jumelles, télescopes et autres appareils de vision nocturne !
Et pendant ce temps, Uwe Boll tourne toujours. Allez comprendre...
Anderton

C'est bien dans les vieux jardins coréens qu'on fait les meilleurs films

En DVD : C'est bien connu, c'est dans les vieux jardins coréens qu'on fait les meilleurs films. Vous auriez donc tort de passer à côté de ce bouleversant Vieux Jardin.
Retenez bien le nom de son réalisateur : Im Sang-soo. C'est son 3e film, après Une femme coréenne et The President's last bang.
Trois films qui grattent là où ça fait mal : ces 30 dernières années qui ont vu passer la Corée du Sud de la dictature militaire à la démocratie. Aussi puissant qu'Oliver Stone des grands jours, aussi poignant que Wong Kar-wai, le cinéaste livre là un film flamboyant et nostalgique.
Mélo et reportage
Alternant l'eau de rose et le vinaigre, la fresque et l'intime, le grandiose et le minimalisme, le mélodrame et le reportage, Im sang-soo fait un sans faute avec cette adaptation d'un best seller coréen de Hwang Sok-yong.

1997 : Hyun-woo, ancien militant socialiste, après 17 ans de prison, revient dans le village où il avait trouvé refuge 17 ans plus tôt, pour avoir participé à une manifestation estudiantine réprimée par l'armée. Là, il y avait trouvé l'amour auprès de Yoon-hee – un amour malheureusement moins fort que l'attachement à ses idéaux socialistes : préférant la rébellion urbaine à sa belle du Vieux jardin, il retourne à Séoul, se fait prendre et jeter en prison. 17 ans après, que reste-t-il de ses idéaux ? De son amour ? De son passé ?
Ivre de larmes
Distillant une nostalgie à petites doses, le film bouleverse profondément (voir le trailer ci-dessous et dans notre playlist Wat). Par la précision de son montage, la fluidité de sa mise en scène, la beauté de ses interprètes. Un exploit pour une narration qui alterne flash backs et flash forwards, qui multiplie les points de vue, les scènes musclées de répressions policières et des moments romantiques et intenses entre les deux protagonistes, sans qu'on s'y perde une seule seconde.
Et surtout, ne décollez pas de votre fauteuil avant la fin du générique : à moins d'être un sans coeur, vous ne pourrez réprimer vos larmes. Une édition DVD qui arrive pile poil dans l'actu française, en ces temps de remémoration soixante-huitarde. Et qui montre en creux cruellement l'impuissance du cinéma français à aborder aussi puissament son histoire contemporaine. Car elle est où, la grande fresque sur mai 1968 ? Ou sur le 10 mai 1981 ?
A noter : à l’actif de Wild Side, on tient là une très belle édition DVD. Outre la qualité du transfert de la copie, des bonus passionnants vous permettront, entre autres, d’en savoir plus sur le parcours, la filmographie et le parcours d’un cinéaste sur lequel il faut désormais compter, mais aussi de vous perfectionner en histoire contemporaine et en trucages videos.

Travis Bickle






21 avril 2008

Indiana Jones 4 : nouvelles photos et révélations !

Buzz : Dans un mois jour pour jour, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal aka Indiana Jones 4 (cliquez ici pour découvrir toutes les infos, photos et vidéos) sera présenté en avant-première mondiale au Festival de Cannes. Et la prod continue de faire marcher la machine à buzz.
Avec ces photos, tout d'abord : Indy, son p'tit candide, Mutt (Shia LaBeouf) et la rencontre d'un 3e type (plutôt mort) ; Indy et son p'tit candide font le marché ; Indy face à la méchante Ruskoff, Irina Spalko (Cate Blanchett) ; un mystérieux temple dont le sol rappelle étrangement la figure du calendrier aztèque...

Avec des interviews, ensuite. Dans une interview à EW.com, Harrison Ford envoie chier les gens qui le trouvaient trop vieux pour revêtir les habits poussiéreux du Dr. Jones, il explique pourquoi il ne s'est pas teint les cheveux, il justifie l'absence de Sean Connery au casting ("Je suis assez vieux pour jouer mon propre père", justifie Ford), il souligne qu'il a fait pas mal de cascades grâce à des câbles 100% fiables et il insiste sur le fait qu'il n'aimait pas le personnage de Han Solo et qu'il a tout fait pour que George Lucas le fasse mourir !
Trop forts, EW.com, ils ont aussi fait une interview commune de Steven Spielberg et George Lucas ! S'il a fallu attendre 19 ans pour que ce 4e épisode voit le jour, c'est parce que Lucas et Spielberg n'arrivait pas à trouver un nouveau McGuffin (révisez votre Hitchcock). Après l'Arche d'Alliance, les pierres de Sankara et le Saint-Graal, ils ont un temps songé à des histoires de fantômes mais après Poltergeist, Spielberg ne voulait plus en entendre parler.
Uber-méchante et gominé
Les deux cinéastes ne tarissent pas d'éloges sur Cate Blanchett et sa performance. "C'est une uber-méchante", déclare Lucas tandis que son compère affirme qu'elle est "le méchant" qu'il préfère dans la série. George la déconne précise que "Shia a été envoyé à l'école American Graffiti de Gominaland" et qu'il est "devenu consultant sur sa coupe de cheveux". Sacré George.
Sinon Steven affirme qu'il adore regarder des très courts métrages (6 mn) sur YouTube (apprentis cinéastes, vous savez ce qu'il vous reste à faire pour vous faire repérer). Les deux compères expriment enfin des visions différentes sur l'impact du web : ça ne change rien pour Lucas, ça casse le mystère pour Spielberg. Ils précisent d'ailleurs qu'ils ont balancé des fausses infos sur la toile, notamment pour indiquer que Will Ferrell et Steve Carell interprétaient le méchant. Et si c'était vrai ?
Anderton

Passe Passe: où est le scénario ?

En salles. Darry est un looser au grand coeur, Irène est une croqueuse d'homme manipulatrice. Lorsqu'évidemment ils se rencontrent au détour d'une route de campagne, ils sont embarqués dans une série d'aventures dont ils cherchent vainement (et les spectateurs également) l'issue. Au menu: un complot mêlant les plus hautes instances politiques françaises, des gangsters corréens, un institut pour personnes atteintes de troubles mentaux, la fille d'un astronaute russe et Joey Starr. Tout ça est un peu compliqué et c'est bien dommage...Cette énième confrontation entre deux stéréotypes (le rêveur vs la femme fatale) aurait pu donner quelquechose de savoureux si elle n'avait pas été parasitée par un scénario partant dans tout les sens, sans en appronfondir aucun. A vouloir multiplier les péages, Tonie Marshall a transformé ce road movie en un parcours du combattant dans lequel Edouard Baer et Nathalie Baye s'embourbent, malgré leur bonne volonté. Encore une fois, une bonne distribution sans une bonne histoire ne fait pas un bon film (l'inverse également).
Mon conseil: Tonie Marshall fait jouer ses potes. Rien de plus...Sinon, la bande annonce est disponible dans notre playlist WAT.

The Spirit : premier teaser

Buzz : "Ma ville hurle..." alors The Spirit rapplique. On ne vous a pas encore parlé de l'adaptation cinématographique des aventures de ce justicier inventé par le grand dessinateur Will Eisner. C'est une erreur qu'on répare en vous montrant le teaser (également dispo dans notre playlist Wat).
Ces premières images vous font penser à Sin City ? C'est normal, le réalisateur de The Spirit (cf le site internet mycityscreams.com) n'est autre que Frank Miller, le créateur de Sin City et 300. Le casting est composé notamment de Gabriel Macht, Scarlett Johansson, Samuel L. Jackson et Eva Mendes.
Plusieurs réflexions sur ce teaser : l'effet de surprise joue moins que pour Sin City (forcément) ; l'univers fait davantage penser à celui de Frank Miller qu'à celui de Will Eisner ; la musique est un vieux morceau d'Ennio Morricone ( I Comme Icare ?). On attendra donc le trailer pour se faire une idée plus précise.
Anderton


The Spirit : teaser sélectionné dans Cinéma et Polar

20 avril 2008

Hot Rod : gags décalés en cascade

En DVD : Les pourfendeurs germanopratins du cinéma américain reprochent à Hollywood de produire à la chaîne des films formatés. C'est oublier que les Américains savent aussi pondre des ovnis, y compris au sein de grands studios. Hot Rod en est la parfaite illustration.
Cette comédie loufoque, éditée en DVD par Paramount, a été écrite par une équipe du Saturday Night Live : Akiva Schaffer le réalisateur et les comédiens Andy Samberg et Jorma Taccone. Trois potes qui, nous apprend un bonus du DVD, sont inséparables à l'écran comme à la ville - ils vivent d'ailleurs ensemble à New York. Le bonus nous montre par ailleurs que Taccone aime bien se balader sur les plateaux les couilles à l'air (calmez-vous les pervers, elles sont floutées) mais c'est une autre histoire.
L'histoire : Rod Kimble (Andy Shamberg), un ado attardé (ou un adulescent, au choix), prétend marcher sur les traces de son défunt père, un grand cascadeur. Enfin, c'est ce qu'il croît car il ne l'a jamais connu. Affublé d'une fausse moustache rappelant les bacchantes paternelles, il enfourche sa mob ou son VTT et s'élance sur des tremplins de fortune. Pour finir par s'écraser comme une grosse merde. Mais voici qu'une occasion se présenter d'effectuer La cascade ultime, LE saut de la mort qui lui fera gagner le respect de tous.
Napoléon dynamité ?
Hot Rod, dont le trailer se mate ci-dessous et dans notre playlist Wat, se situe entre le génialissime Napoleon Dynamite (un autre ovni), dont il tente de copier l'ambiance ringarde, les plans un peu plats et longuets, les situations décalées, et une comédie de Will Ferrell (héros bénet et ringard). D'ailleurs, à l'origine, le film avait été écrit pour Will Ferrell, qui s'est tout de même impliqué comme producteur exécutif.
Hot Rod hésite donc entre ces deux inspirations sans vraiment parvenir à les égaler. Pour autant, le film est loin d'être raté mais il plaira aux amateurs de second degré et plus (exemple avec la scène dite "Cool Beans"). Les autres resteront probablement sans voix et sans rire. Personnellement, j'ai eu du mal à ne pas voir les influences précitées mais certaines scènes m'ont bien fait marrer.
Au sein de la distribution, citons les présences inattendues de Sissy Spacek et de Ian McShane (le patron de saloon de Deadwood).
Mon conseil : réservé aux amateurs de comédies décalées.
Anderton



Best of blogs cinéma : pape, G.I. Joe et Iron-Man

Sur le web : Du bon, du beau, du buzz ! Voici la sélection de notre alliance de cinéblogueurs. Si vous ne les avez pas déjà lus, dévorez ces posts !

Filmgeek : Photos du casting du film G.I. Joe

Cinefeed.com: "Les toilettes du Pape" : la lutte quotidienne des petites gens

Cinéblogywood : J'ai vu Iron-Man, premières impressions

Anderton

19 avril 2008

Hulk : Edward Norton vert de rage

Elle me conforte dans l'idée qu'Edward Norton veut coller au personnage tel qu'on le connaît dans les BD mais aussi dans la série des années 70 (avec Bill Bixby et Lou Ferrigno).
Bruce Banner est un type solitaire, obligé de fuir chaque ville où il met les pieds, condamné à abandonner ceux qui l'aiment (et qu'il aime). Un pestiféré...
Lutte finale (cut)
Rassurant donc d'autant que le comédien et Marvel (producteur du film) étaient à couteaux tirés.
Le premier, soutenu par Louis Leterrier (le réal), voulait un film long (2h15), insistant probablement sur la complexité du personnage, alors que Marvel voulait un film d'action court.
Et c'est la prod qui a obtenu le final cut. Conséquence : Norton faisait la gueule et refusait de débuter la promo. La presse l'a su et cela a accentué les divergences de chacun.
Finalement, Norton, sans être convaincu par le montage de Marvel, aurait convenu que cette version plairait davantage au grand public.
Il s'est donc fendu d'un communiqué dans lequel il explique que ces discussions artistiques sont normal et que chaque partie souhaite présenter le meilleur film possible. La hache de guerre semble donc enterrée... Toute l'histoire est racontée dans EW.com.
Allez, le film sera sûrement très bien (Edward Norton, Tim Roth, William Hurt, Liv Tyler !). Et puis, peut-être que le montage Norton fera l'objet d'une version alternative en DVD.
Anderton

18 avril 2008

DVD : en avril, je me découvre un film

En DVD : Quoi de neuf chez nos amis éditeurs de DVD et de Blu-ray alors que la météo est propice à des soirées devant sa téloche, à défaut de les passer sous la couette ?
D’abord, force est de constater que depuis sa victoire sur le HD DVD, le Blu-ray n’a jamais été aussi discret.
La preuve en est que la meilleure vente à cette date en France est de 25.020 unités pour 300 (et non pas l’inverse, ce qui n’aurait aucun sens…).
Un chiffre qui comblerait les dirigeants du PSG en Ligue 2 l’année prochaine s’il s’agissait de nombre de spectateurs au Parc des Princes mais qui doit effrayer les majors au moment des bilans et des amortissements.
Ce qui fait peur aussi c’est que déjà les éditeurs soldent avec des opé type "2 achetés, le 3e offert" ou des Blu-ray à 15 €… .Bref, ça sent plus le laserdisc que le support du futur… L’avenir nous le dira assez vite. Mais preuve en est que l’on oublie vite les erreurs du passé…
Pendant ce temps-là en DVD…
Une fois n’est pas costume, voici voilàa quelques mots sur les nouveautés DVD d’avril : avec tout d’abord le sévèrement bourné Matt Damon dans le dernier volet (nan, y’en aura un 4e !!!) avec le très efficace La Vengeance dans la peau. Egalement disponible en trilogie.
Côté découvertes : Mr Brooks (FPE) est un très bon polar noir avec un Kevin Costner à contre emploi en tueur narcissique ; Joyeuses Funérailles (M6) vous arrachera quelques sourires, mais sans plus… enfin, Nomad (Wild Side) vous montrera que le réalisateur de Mongol a du talent a défaut d’avoir de l’argent.
Chez M6 encore, L’Ennemi Intime aimerait bien ne pas le rester autant qu’au cinéma, c’est l’occae de le découvrir. D’autant plus qu’il sort en Blu-ray. Comme son ami Michael Clayton, sorte de La Firme 2007, bien ficelé et sublimement interprété autant par George Clooney que par Tom Wilkinson et l’oscarisée Tilda Swinton. Enfin, Un Secret ne le sera plus grâce à UGC Vidéo. Mais le plus beau est pour la fin : Un Jour sur Terre (Gaumont) viendra combler vos yeux et vos oreilles en DVD comme en Blu-ray.
Série fais moi peur !
Pour finir un coup d’œil sur les séries du mois avec Ugly Betty, ou comment réussir quand on est conne et moche ; Papa Shultz libère la saison 3 et The Shield nous propose la 6. Sur Ecoute (sans doute la meilleure série de tous les temps d’après Johnson & Johnson) attaque la saison 4 dans une horrible discrétion. Enfin, Buffy en est à la saison 7 (celle où elle devient Bouffie ?) et Bones déterre plus de cadavre en 3D dans la saison 2. Mais les champions restent Les Experts avec du Miami et du New York en saison 3 ou 4 ou 5 ? Mais je ne sais pas, je ne sais plus, et je reste planté là !
Marcel Martial (Ray Blu)

17 avril 2008

Gimme Shelter, hymne scorsésien

En salles : Stones, Marty est Stones. Avec Shine a Light (le trailer se regarde ici), Martin Scorsese réalise son rêve : filmer un de ses groupes préférés. "Les Rolling Stones ont eu une influence considérable [sur moi]", déclare le cinéaste dans un entretien au Monde 2.
Pas étonnant que les morceaux de Mick Jagger, Keith Richards & co se retrouvent aussi souvent dans la filmo de Scorsese. Deux titres dans Mean Streets (1973), trois dans Les Affranchis (Goodfellas, 1990), six dans Casino (1995) et deux dans Les Infiltrés (The Departed, 2006), comptabilise kansascity.com. Avec, bien sûr, une chanson phare que l'on retrouve dans ces trois derniers films (mais pas dans Shine A Light) : Gimme Shelter.
Les clefs du monde
"Cette chanson m'a donné les clefs pour déchiffrer le monde, explique Scorsese dans Le Monde 2. Quand je l'écoute aujourd'hui, elle me permet de comprendre ce qui m'arrive." Lors de la sortie des Infiltrés, certains ont d'ailleurs reproché au cinéaste d'utiliser encore une fois ce morceau (et d'une manière générale, de faire du Scorsese) mais je défie n'importe quel passionné de cinéma et lecteur de Cinéblogywood de ne pas frissonner en regardant ci-dessous les cinq minutes du début des Infiltrés, avec la chanson qui démarre en crescendo à la fin du speech de Jack Nicholson.
J'en profite pour vous mettre l'extrait des Affranchis avec Gimme Shelter, également dispo dans notre playlist Wat. En revanche, je n'ai pas retrouvé celui de Casino. Le premier qui m'envoie le lien sera cordialement félicité et cité dans notre beau blog. En attendant... enjoy !
Anderton


Jeux de Dupes : totalement foot d'elle ?

En salles (bientôt) : Le nouveau film de George Clooney, Jeux de dupes (découvrez notre dossier : trailers, photos, infos...), est un film sur le foot US et comment il est passé de son statut de sport amateur à celui de sport pro.
Pourtant, l’affiche française le repositionne clairement sur le thème de la love Story entre deux acteurs qui ont la côté chez nous.
George Clooney personnifie l’idéal masculin : beau, drôle et riche. Quant à Renée Zellwegger, elle délaisse son physique de petit cochon de Bridget Jones (elle ressemble a s’y méprendre à Michael Landreau, le gardien du PSG, surnommé Petit cochon à Nantes… je m’éloigne) pour nous la jouer vamp blonde.
Crac, boum, hue !
Un film annonce (à voir ici) très screwball comédie des années 40, et voilà le tour est joué. Aux USA, le positionnement du film, entre Love Story et foot US, a un peu dérouté nos amis mangeurs de hamburgers et Leatherheads (titre original, rapport aux premiers casques en cuirs de Foot US) a démarré à 12 millions de $ pour en être à 22 en 2 semaines.
Produit pour 58 millions, la sortie du film à l’international devient donc un enjeu majeur maintenant pour sauver le film d’une banqueroute. On vous en reparle le 24 avril pour sa sortie chez nous.
Marcel Martial (arbitre)

16 avril 2008

J'ai vu Iron Man : premières impressions

Buzz : [garantie sans spoiler] Je suis allé voir Iron Man (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos, buzz...) à une projection presse aujourd'hui. Avant de vous en parler plus en détail pour la sortie en salles (le 30 avril), je vous livre mon sentiment général sans vous dévoiler quoi que ce soit.
Mission réussie ! Jon Favreau (Elfe, Zathura) a réalisé un très bon film qui fait honneur au super-héros de Marvel. Les scènes d'action sont spectaculaires sans chercher à en mettre plein la vue. Surtout, l'humour est omniprésent : et pour faire rire plusieurs fois une salle bourrée de journalistes, il faut le faire !
Les acteurs sont tous excellents : Robert Downey Jr sort le grand jeu pour interpréter Tony Stark, le milliardaire-playboy à la tête d'un groupe d'armement ; Gwyneth Paltrow, qui en général me laisse plus froid qu'un plat de nouilles à la cantine, est charmante dans le rôle de Pepper Potts, l'assistante du magnat ; Jeff Bridges (Obadiah Stane, l'associé de Stark) est toujours aussi fascinant et Terrence Howard excelle dans le rôle ingrat de faire-valoir, le lieutenant-colonel Rhodes, l'ami de Stark.
Je classe donc Iron Man au même rang que Spider-Man ou Spider-Man 2, deux réussites dans le genre.
Pour cette projo, le public était principalement composé de critiques de cinéma et de journalistes dans les domaines high tech ou BD. Ces derniers (les geeks donc) semblaient plutôt satisfaits à la fin de la séance. Quant aux autres, difficile de dire : un vrai critique de cinéma n'est jamais content. Extrait d'une conversation entre deux critiques (la quarantaine passée) :
- C'était vraiment nul, hein ? Cela n'apporte rien de nouveau...
- Pas d'accord, je m'attendais à une belle merde et c'est plutôt pas mal.
Cet amour du cinéma qui transparaît dans cet échange m'a sidéré. On comprend pourquoi les magazines de cinoche français transpirent l'ennui, comme Johnson & Johnson l'a fort justement remarqué.
Anderton

Pénélope: Edward au groin d'argent ?

En salles. Pénélope (Christina Ricci) est affublée d'un nez de porc et d'une mère extrêmement directive. Etouffée par son handicap et sa maman sous coke, elle se morfond dans une chambre cloisonnée en attendant celui qui viendra briser le sort qui l'a transformé en cochonne. Le problème est que celui-ci doit être noble et de confession impérativement non musulmane afin de ne pas être effrayé par le petit groin mutin. Après dix années de laborieux et vains efforts pour tenter de convaincre un lord des vertus Henaff, Pénélope décide de voler de ses propres sabots et s'enfuit de l'étable familiale. Elle découvre alors que la vie est belle pour peu qu'on s'accepte tel qu'on est.
Un apprenti Burton qui boit du lait
Pénélope (la bande annonce est dans notre playlist WAT) est un conte de fée: le contexte est intemporel, les personnages sont caricaturaux et le bien triomphe toujours du mal. L'histoire est donc prévisible et surtout très niaise. Palansky, dont c'est le premier film, n'est pas parvenu à passer outre l'aspect moralisateur du merveilleux enfantin malgré un traitement très "burtonien" (une esthétique colorée et extravagante). Pourtant ce n'est pas parce que tu utilises la palette d'un maître que tu en deviens un: Palansky a oublié de mettre un peu de distance avec les messages qu'il voulait véhiculer. Le résultat est certes touchant mais laisse surtout une impression de ratage: comme si l'ironie affleurant dans le traitement était diluée dans une vague de guimauve indigeste.
Mon conseil: si vous aimez les classiques de chez Disney mais pas les dessins animés, ou si vous avez toujours souhaité qu'Edward finisse coiffeur adulé par ces dames.
Sentenza.

15 avril 2008

Disney et Pixar dévoilent leurs projets

En Prod : Ce ne sont pas moins de 10 nouveaux films d’animation que Walt Disney et Pixar lanceront d’ici à 2012. L’annonce a été faite le 8 avril à New York alors que Mickey fête ses 80 ans cette année. Le line-up comprend six nouveaux films Pixar, quatre films Walt Disney Animation Studios et les quatre premiers films créés spécialement pour une sortie directe en DVD, autour des Disney Fairies de DisneyToon Studios.
Les nouveaux films Disney et Pixar seront réalisés en Disney Digital 3-D tandis que les anciens succès ressortiront dans ce format dès 2009. Ce sera notamment le cas pour Toy Story 1 et 2.
Question nouveautés en salles, les premières sorties sont prévues en 2008 : Wall-E (regardez les trailers ici), écrit et réalisé par Andrew Stanton (Le Monde de Nemo) puis Bolt (3-D, photo ci-dessus) de Chris Williams et Byron Howard. Réalisé par Peter Docter (Monstres & Cie) et Bob Peterson, Up (3-D, photo ci-dessous) sortira à l’été 2009.
Suivra La Princesse et la Grenouille (The Princess and the Frog, photo ci-dessous) concoctés par les vétérans John Musker et Ron Clements (La Petite Sirène, Aladin, Hercule).
2010 verra le retour très attendu de Buzz et Woody Toy Story 3 (3-D) de Lee Unkrich (Le Monde de Nemo, Monstres & Cie) et, pour Noël, nous aurons le droit à l’adaptation du conte Rapunzel (photo ci-dessous). En 2011 : sorties de Newt (été) puis The Bear and The Bow (Noël), réalisé par Brenda Chapman (Le Prince d’Egypte).

Malgré un parcours moyen en salles, Flash McQueen reviendra sur les écrans en 2012 avec Cars 2. A Noël de la même année, sortira Roi des Elfes (King of Elves) d’Aaron Blaise et Robert Walker (Frère des Ours), d’après une nouvelle de Philip K. Dick.
"Avec John Lasseter et Ed Catmull pour guider notre créativité à la fois à Emeryville et à Burbank, c'est la période la plus excitante de notre histoire", a déclaré Dick Cook, président des Walt Disney Studios. Evoquant une "alliance unique", John Lasseter, le patron de Pixar, a ajouté : "Nous sommes très enthousiastes à l'idée de repousser les limites de la 3-D et de la technologie informatique pour raconter nos histoires de la meilleure façon possible". On le croit sur parole et on est impatient de découvrir le résultat dans les salles obscures.
Anderton

On a retrouvé la "sex tape" de Marilyn Monroe

Sexy Stars : 1,5 millions de dollars. C’est ce qu’aurait déboursé un collectionneur new-yorkais pour acquérir un film de Marilyn Monroe. Mais pas n’importe quel film : il s’agit d’un film de 15 minutes tourné en noir et blanc dans les années 50 dans lequel Marilyn Monroe… pratique une fellation !

L’heureux homme qui bénéficie des gâteries de la star n’est pas identifié. Selon l'AFP qui cite le New York Post (donc méfiance parce que le Post est un tabloïde), dans les années 60, le directeur du FBI Edgar Hoover avait confisqué l’original et mis plusieurs de ses agents sur le coup. Il espérait découvrir que l’homme en question était John F. Kennedy ou son frère Robert Kennedy.


D'après des documents d'archive détenus par les services de renseignement, l'ancien époux de Marilyn Monroe, le joueur de base-ball Joe di Maggio, avait tenté à l'époque de racheter cette sex tape en offrant 25.000 dollars, somme qui avait été refusée par le détenteur de la pellicule.


On ne sait pas qui se fait pomper donc mais, contrairement à de vilaines rumeurs, le refrain de la chanson interprétée par Marilyn ne dit pas : "I wanna be kissed by you/Pompe Pompidou".


Anderton

14 avril 2008

Kristen Bell : ça balance pour la sexy pin up

Sexy Stars : Depuis septembre 2006, Vanity Fair met en valeur chaque mois une star montante d'Hollywood qui pose en pin-up le temps d'une photo.
La Vanity Girl du mois de mai 2008 (oui, ils sont en avance sur leur temps chez Vanity Fair) est Kristen Bell.
Cette belle blonde de 27 ans, vue ici et là dans des petits rôles (notamment dans la saison 1 de Deadwood le temps d'un épisode), a été l'héroïne de la série éphémère Veronica Mars. Elle fait aussi partie du casting de Heroes depuis la saison 2.
Hey Judd
Autant dire qu'elle est très convoitée. Elle est notamment à l'affiche de la dernière comédie produite par Judd Apatow, Sans Sarah, Rien ne va (Forgetting Sarah Marshall) de Nick Stoller.
Du producteur-réalisateur de Super Grave et En Cloque Mode d'Emploi aka Knocked Up, Kristen dit que lui et son équipe ont "inventé ce nouveau genre de film où tu improvises juste tout le truc". Ben, en tout cas, ça marche.
Rome romantique
Sinon, on vient d'apprendre que la belle Bell participera aussi à When in Rome de Mark Steven Johnson. L'histoire : une conservatrice de musée (Kristen Bell) vole des pièces magiques dans une fontaine à Rome. De retour à New York, des soupirants (Danny DeVito, Jon Heder...) viennent lui réclamer les pièces.
En attendant, on se contentera de mirer la Miss en train de se balancer. J'ai toujours rêvé d'être une balançoire...
Anderton

Cate Blanchett maman pour la 3e fois

Artistes : Sans ouvrir une rubrique "carnet rose", Cinéblogywood abandonne (le temps d'un post, je vous rassure) ses chroniques de films X pour vous annoncer la naissance d'Ignatius Martin.
Un bébé dont la maman s'appelle Cate Blanchett et le papa, on s'en fout. Non, je rigoooole : le papa est un écrivain/auteur de théâtre, Andrew Upton.
Et de trois !
Le bambin est né à Sydney et c'est le troisième mis au monde par la comédienne, après Dashiell (6 ans) et Roman (3 ans).
"Tous vont bien et sont très heureux", nous rassure Tim McKeough de la Sydney Theatre Company, dont Cate et son mari sont les co-directeurs artistiques.
Autre accouchement prévu mais cinématographique cette fois : celui d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal aka Indiana Jones 4 (cliquez ici pour découvrir toutes les infos, photos et vidéos). .
La sortie est prévue le 22 mai avec une avant-première à Cannes, le 21. Question : la môman sera-t-elle présente sur la Croisette ? Allez, je me lance et je réponds : oui !
Anderton

13 avril 2008

Angelina Jolie et Scarlett Johansson... chauves !

Sexy Stars : Le look Fabien Barthez (ou Britney Spears) fait des émules à Hollywood. Scarlett Johansson et Angelina Jolie se sont fait la boule à zéro. Le "bald style" (la chauve attitude en français) est devenu très tendance sur la Côte Ouest.
Bon, je pourrais en tartiner des tonnes sur le sujet à base de chauve qui peut et les chauves sourient mais, c'est évidemment une bonne blague (qu'il est bon de rire parfois). Ces clichés retouchés à la perfection sur photoshop font partie d'un album spécial stars chauves sur worth1000.com.

Wolverine Hugh Jackman

Il y a plein d'autres people "décapillés" et c'est souvent très réussi. Comme cette photo de Wolverine (Hugh Jackman) : on comprend mieux la rage qui habite le plus célèbre des X-Men... Il perd ses cheveux !
Anderton tuyauté par Sentenza

Best Of blogs cinéma : Dany Boon, David Hasselhoff et Uwe Boll

Sur le web : "We're simply the best"... Bon, d'accord, j'en fais peut-être un peu trop mais notre alliance de blogueurs vous propose comme chaque dimanche le meilleur de nos analyses, découvertes, coups de coeur et coups de gueule. Pour les retardataires, précipitez-vous sur ces posts !




Anderton

12 avril 2008

Gilles Gabriel : Chabat dabada

Sur le web : C'est LE gros buzz de la semaine. La vidéo ringarde d'un chanteur bidon cartonne sur YouTube, DailyMotion et Wat. Le titre, Flou de toi, date de 1984. Son interprète, beau-frère de Gérard Lenormand et cousin de David & Jonathan, s'appelle Gilles Gabriel. Et c'est le sosie d'Alain Chabat.
C'est bien vu, très drôle et le pire, c'est que la chanson te rentre vite dans la tête. Pas étonnant que tout le monde adore. Surtout les fans de Les Nuls. Cette petite opération a été montée chez Chez Wam, la boîte de prod d'Alain Chabat, pour la sortie prochaine du film La Personne aux deux personnes. Le premier film de Nicolas et Bruno, à qui l'on doit l'excellent Message à caractère informatif.
A deux, c'est mieux
L'histoire : un chanteur qui a eu son heure de gloire dans les années 80, Gilles Gabriel (Alain Chabat donc), est victime d'un accident de voiture provoqué par Jean-Christian Ranu (Daniel Auteuil). Gilles reste sur le carreau mais sa voix va s'installer dans la tête de Jean-Christian. D'où le titre.
Cela me rappelle Solo pour Deux (All of Me, 1984), un film de Carl Reiner avec Steve Martin : son personnage héberge dans la moitié de son corps (à droite ou à gauche, chais plus) l'esprit d'une femme (Lily Tomlin). D'où quelques grands moments, notamment lorsque les deux hôtes se disputent ou qu'ils vont aux toilettes... Le trailer d'All of Me se mate ici.
Gabriel, son corps et ton esprit
Pour en revenir à Gilles Gabriel, le buzz a bien pris grâce à la vidéo et aux pages sur Facebook et MySpace. On apprend ainsi que Gilles se définit comme un "auteur-compositeur-interprète-chanteur-poète" et qu'il croit "en l'homme... et surtout en la femme". Sa musique préférée ? "Tout ce qui fait vibrer les âmes". Pas étonnant qu'il se soit fait pleins d'amis sur la toile et que des fans clubs se soient créés ici et là.
Reste à savoir si le buzz autour de ce personnage ne va pas paradoxalement nuire au film. Car Chabat apparaît un peu au début du film et après l'accident, bye bye. Gilles Gabriel n'est plus qu'une voix. Il ne faudrait donc pas que le public se sente trompé sur la marchandise. Au pire, la prod pourra toujours sortir un CD ou organiser une tournée...
Anderton


11 avril 2008

Au Bout de la Nuit : Keanu Reeves joue le bad cop

Buzz : Difficile d'être L'Elu. Encore plus difficile d'exister après un rôle pareil. Ce qui explique qu'on n'a pas beaucoup vu Keanu Reeves depuis la trilogie Matrix. Avec Au Bout de la Nuit (Street Kings), il revient dans un rôle de bad cop à L.A.
Il incarne Tom Ludlow, flic à la division des moeurs de la police de Los Angeles. Il enquête sur l'assassinat de son ex-collègue, quitte à employer des méthodes peu orthodoxes. Son boss (Forest Whitaker) tente de l'empêcher de franchir la ligne jaune. D'autant que le capitaine Biggs (Hugh Laurie aka Dr House), de la police des polices, le tient à l'oeil. Le reste du cast est impressionnant : Chris Evans (Les 4 Fantastiques), Naomie Harris, Jay Mohr (le producteur dans la série géniale Action !), John Corbett, Cedric the Entertainer, Amaury Nolasco, Common et The Game.
L'histoire et le trailer, à voir ci-dessous et dans notre playlist Wat, vous rappellent vaguement Bad Times (Harsh Times) ? C'est normal, c'est le même réalisateur : David Ayer. Il a d'ailleurs aussi signé le scénario avec James Ellroy (Le Dahlia Noir, L.A. Confidential). Bref, ça promet !
Anderton


Translate this blog