Festival de Deauville

28 février 2009

Warner : Harry Potter, Sherlock Holmes & co.

Buzz : Warner a annoncé les dates de sortie de ses films-phares pour 2009, 2010 et 2011. Attention, il s'agit des sorties US. Check this out, y a du lourd !

2009

-25 décembre : Sherlock Holmes de Guy Ritchie avec Robert Downey Jr et Jude Law

2010

- 26 mars : Le Choc des Titans (Clash of the Titans) de Louis Leterrier
- 16 juillet : Inception de Christopher Nolan
sortie le même week-end que Thor de Kenneth Branagh /Marvel Films
- 6 août : Jonah Hex de Jimmy Hayward avec Josh Brolin
- 8 octobre : Sucker Punch de Zack Snyder
- décembre : Harry Potter et les Reliques de la Mort 1e partie (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part I) de David Yates
- 17 décembre : Green Lantern

2011

- 15 juillet : Harry Potter et les Reliques de la Mort 2e partie (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part II) de David Yates
sortie le même week-end que Les Vengeurs (The Avengers) / Marvel Films

source : ERC via Coming Soon
Anderton

César 2009 : palmarès complet et meilleurs moments en images

Buzz : Séraphine, Mesrine, Dustin... c'est la win ! La 34e cérémonie des César a fait honneur à un film d'auteur (Séraphine, 7 récompenses dont meilleur film et meilleure actrice), un gros budget (Mesrine, 3 récompenses dont meilleur acteur et meilleur réalisateur) et un grand acteur, Dustin Hoffman.
Retrouvez les meilleurs moments de la soirée en photos sur La Tribune de Genève et en vidéo sur Canal +. Et voici le palmarès complet des César 2009 :

MEILLEUR FILM FRANCAIS DE L’ANNEE
«Séraphine», réalisé par Martin Provost, produit par Gilles Sacuto, Miléna Poylo
MEILLEUR ACTEUR

Vincent Cassel dans «Mesrine»
MEILLEURE ACTRICE
Yolande Moreau dans «Séraphine»
MEILLEUR REALISATEUR
Jean-François Richet dans «Mesrine»
MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE
Jean-Paul Roussillon dans «Un conte de Noël»
MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE
Elsa Zylberstein dans «Il y a longtemps que je t’aime»
MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

Marc-André Grondin dans «Le premier jour du reste de ta vie»
MEILLEUR ESPOIR FEMININ
Déborah François dans «Le premier jour du reste de ta vie»
MEILLEUR PREMIER FILM
«Il y a longtemps que je t’aime», réalisé par Philippe Claudel, produit par Yves Marmion
MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL
Marc Abdelnour, Martin Provost pour «Séraphine»
MEILLEURE ADAPTATION
Laurent Cantet, François Begaudeau, Robin Campillo pour «Entre les murs»
MEILLEUR SON
Jean Minondo, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loïc Prian, François Groult, Hervé Buirette pour «Mesrine»
MEILLEURE MUSIQUE ECRITE POUR UN FILM
Michael Galasso pour «Séraphine»
MEILLEURE PHOTO
Laurent Brunet pour «Séraphine»
MEILLEURS DECORS
Thierry François pour «Séraphine»
MEILLEURS COSTUMES
Madeline Fontaine pour «Séraphine»
MEILLEUR MONTAGE
Sophie Reine pour «Le premier jour du reste de ta vie»
MEILLEUR COURT-METRAGE
«Les miettes» réalisé par Pierre Pinaud
MEILLEUR FILM ÉTRANGER
«Valse avec Bachir» réalisé par Ari Folman
MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE
«Les plages d’Agnès» réalisé par Agnès Varda


Anderton

27 février 2009

Oscar : stars à gogo chez vanity Fair

Artistes : Il y avait du beau monde à la traditionnelle fête des Oscar organisée par Vanity Fair. Juste pour le plaisir, voici quelques unes des photos de cette Oscar Party 2009 : Kate Winslet et Meryl Streep ; Jonah Hill, Jason Segel, Daniel Craig et Danny McBride ; Joe Pesci et Robert De Niro ; Jerry Seinfeld et Larry David...
Ci-dessous une vidéo du tapis rouge de cette prestigieuse soirée. Plein d'autres vidéos ici. Enjoy !
Anderton

26 février 2009

Surveillance : thriller vicelard et oppressant

En DVD : Au fin fond de l'Amérique, un homme est sauvagement abattu dans son sommeil et sa femme kidnappée. Un serial killer terrorise ce coin perdu du Midwest.
Deux agents du FBI, interprétés par Bill Pullman et Julia Ormond (L'Etrange Histoire de Benjamin Button - ici notre dossier : trailer, photos, infos...), prennent l'affaire en main.
Ils se rendent au poste de police local (dont le chef est interprété par Michael Ironside) pour interroger trois survivants d'une terrible boucherie : une petite fille, une junkie et un flic. Trois témoins qui racontent trois versions différentes...
Voilà pour le pitch de ce thriller signé Jennifer Lynch et produit par son père, David Lynch. En dire plus serait un crime tant ce film noir est prenant... et surprenant.
Très, très cru
Comme son père, Jennifer excelle à mettre en place une ambiance lourde et glauque. A base de plans fixes (sur un ciel qui écrase une campagne désespérément plate et vide, sur une cafetière d'où tombent des gouttes de café, sur une pièce où résonne le buzz du néon...) et d'irruptions de violence très, très crue. Très efficace.
On suit la progression de l'enquête. La "boucherie" se révèle par des flashbacks, en illustration ou contrepoint des témoignages pas toujours sincères des trois survivants. On identifie des suspects, la tension atteint son paroxysme quand soudain... Enorme rebondissement ! On est cueilli puis scotché jusqu'à la fin du film.
Si, comme moi, vous avez raté cette oeuvre dérangeante lors de sa sortie en salles, rattrapez-vous avec le DVD édité par Wild Side. En bonus : une fin alternative, tournée sur les recommandations de David Lynch qui a dit à sa fille que ce serait la pire des salopes si elle conservait la fin de son film !! Et elle a bien fait de persister, Jennifer. Autres suppléments : une scène coupée (une orgie de foutre !!) et un doc combinant making of et interviews de l'équipe à Cannes, où Surveillance avait été présenté.
Attention, c'est cru, vicelard et oppressant. Surveillance ne vous laissera pas indifférent.
Anderton


Cluedo avec Johnny Depp ?

Buzz : "Qui a tué le colonel Moutarde ?" On le saura bientôt sur grand écran. Universal aurait demandé à Gore Verbinski (Pirates des Caraïbes - découvrez notre méga-dossier : vidéos, photos, infos...) de réaliser une adaptation de Cluedo (Clue ! en anglais). Et il se dit que Johnny Depp pourrait être de la partie ! Il incarnerait le professeur Violet (professor Plum).
The Movie Blog rappelle d'ailleurs qu'une première adaptation du jeu était sortie en 1985. Réalisé par Jonathan Lynn (Mon Cousin Vinnie, Mon Voisin le Tueur), Clue réunissait Tim Curry (The Rocky Horror Picture Show, Legend), Christopher Lloyd (Retour vers le Futur) et Madeline Kahn (Le Shérif est en prison). Plusieurs versions du film avaient été distribuées en salles en même temps : en fonction de la salle, on regardait une fin différente ! Pas bête mais pas payant au box-office...
Anderton

25 février 2009

Watchmen Les Gardiens : mes impressions

En salles (bientôt) : Les premières projections de Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...), l'un des films les plus attendus de ce début d'année 2009, ont eu lieu en France. Pour les médias et d'heureux blogueurs.
J'ai donc vu le film de Zack Snyder et je me suis pris une grosse claque. Dans un genre complètement différent de The Dark Knight, Watchmen redéfinit totalement les films de super-héros et plus généralement, les adaptations de comics. Il les fait entrer dans l'âge adulte, comme le graphic novel d'Alan Moore et Dave Gibbons l'avait fait en son temps. Mais confiner Watchmen à un "film de super-héros" serait trop réducteur : c'est un excellent film qui parvient à concilier les pures scènes d'action du cinéma de genre hollywoodien avec une réflexion, j'ose, philosophique sur la société, la morale, la justice, la démocratie, l'humanité...
Evidemment, le "message" du film, sa profondeur est largement à mettre au crédit d'Alan Moore, le génial scénariste de Watchmen la BD. Mais rendons grâce à Zack Snyder d'en avoir compris toute l'importance et de ne pas avoir cherché à l'amoindrir ou à le passer sous silence. Idem pour la violence et la sexualité - très crus. Les thèmes du comic book, publié il y a plus de vingt ans, sont toujours d'actualité. Ils étaient mêmes sacrément visionnaires !
Snyder's touch
Pour autant, Snyder n'a pas sacrifié la forme au fond. On retrouve la Snyder's touch : une mise en scène très fluide et inventive avec beaucoup de ralentis, notamment lors des scènes d'action. Cette "esthétique de la violence" rappelle celle de Sam Peckinpah, Sergio Leone et Brian DePalma, autres géniaux dompteurs (et "ralentisseurs") du temps sur pellicule. Ce procédé donne un caractère grandiloquent à nombre de séquences. Watchmen est filmé comme un opéra.
Car n'oublions pas que, comme tout grand cinéaste, Snyder associe image et son avec maestria. La bande originale du film (Nat King Cole, Bob Dylan, Philip Glass, Jimi Hendrix, Simon & Garfunkel, Leonard Cohen...) est d'ailleurs un petit bijou. Si les effets spéciaux sont omniprésents et très bien intégrés à l'ensemble, Snyder n'a pas fait le choix du tout CGI, comme il l'avait fait pour 300. D'où de nombreux décors grandioses qui plongent le spectateur dans cette époque alternative des années 80.
Casting de choix
Restait à donner vie aux Watchmen. Snyder a fait le bon choix de recruter des acteurs relativement peu connus du grand public. Les personnages n'en sont que plus crédibles. Les performances les plus marquantes, à mon sens, sont celles de Jackie Earle Haley (Rorschach), Jeffrey Dean Morgan (Le Comédien) et Patrick Wilson (Le Hibou). Le premier parce qu'il parvient à faire passer les émotions d'un justicier sociopathe masqué la plupart du temps - et quand il n'est pas masqué, il est encore plus flippant ! Le second parce qu'il parvient à rendre sympathique une ordure fasciste de la pire espèce. Le troisième parce qu'il interprète avec brio un justicier paumé, un loser un peu nerd sans son costume - le seul à se poser des questions sur le bien-fondé des actes des Watchmen.
Billy Crudup (Dr Manhattan) réussit quant à lui l'exploit à faire vivre un personnage impassible, d'un calme olympien, détaché du monde... Carla Gugino (Le Spectre Soyeux I) incarne une ex-justicière, une retraitée de l'action qui noie son ennui dans l'alcool. Une sorte de Bette Davis amère et perdue dans son passé glorieux.
Malin Akerman (Le Spectre Soyeux II) est un peu en dessous, question performance : c'est en partie dû à son personnage, moins fort que d'autres. Mais elle assure quand il s'agit de botter le cul des vilains en combinaison moulante en latex et talons aiguilles ! Le moins qu'on puisse dire est qu'elle donne de son corps ! Enfin, Matthew Goode (Ozymandias) manque cruellement de charisme. C'est la seule erreur de casting...
Quel accueil ?
Autre reproche que je ferai au film : il est un poil trop long. Même s'il ne reprend pas tout le récit de la BD, Snyder aurait pu raccourcir certaines séquences ici et là. Mais globalement, on ressort de la salle avec des images gravées dans la tête. Le début du film est génial et le générique est tout simplement l'un des meilleurs que j'ai jamais vus. Il passe en revue l'histoire des justiciers masqués sur The Times They Are A-Changin' de Dylan et c'est tout simplement superbe.
Le public français saura-t-il faire un accueil digne de ce nom à ce film exigeant et spectaculaire ? Je l'espère mais je n'en suis pas certain et je le regrette car putain, c'est du pur cinéma !
A lire également, les impressions de Kinoo (que je salue !) sur ibwk.fr
Anderton

Les sorties du mercredi en une phrase : Gran Torino, Underworld 3, Cyprien...

En salles : Amis cinéphiles, bonjour. Voici voilà un petit point sur les 11 sorties de ce mercredi 25 février… Merci aux prog-amateurs d’avoir baissé la cadence… Comme, chez Cineblogywood.com, on n’a pas la prétention de vous expliquer tout le cinéma, on vous donne les grandes lignes pour faire votre choix.
Un film : 1 phrase : c’est court, c’est réducteur, c’est dur, c’est l’essentiel. C’est du concentré, les amis !
Cette semaine, on en prend 8 sur 11, ça suffit pour une projo pour se faire mal aux yeux !
Gran Torino : Sur ce coup là, Clint is good mais pas god donc on aime mais on n’adore pas.
Boy A : Le retour du cinéma social brit : grand prix du public à Dinard : on aime.
Underworld 3 : La suite nous montre les origines…ou comment gagner de l’argent avec une franchise rentable.
Bellamy : Chabrol, Dipardiou , Gamblin : un réal qui fais toujours la même chose et souvent bien.
Cyprien : Elie Semoun touché par la "grasse"… La presse déteste donc j’aurais tendance à y aller…
Miss Petitgrew : Une comédie historique par le scénariste de Slumdog Millionaire et avec "T’es bonne toi" Amy Adams.
Gloss : Showgirls version Konchalovski ; on dirait du Europa : pompé mais non avoué !
Cocaine Cowboys : Un incroyable documentaire vieux de trois ans sur ceux qui ont inspiré Scarface et Miami Vice.
A voir aussi Nord Paradis, 14 kilomètres et Bouzkachi le chant des steppes.
Et comme dit John Landis, "See you next wednesday !"
Marcel Martial (un homme et une phrase, chabadabada…)

Gran Torino : Clint is good, not God

En salles : Soyons honnêtes : on avait très envie d'encenser Gran Torino (découvrez notre dossier : trailer, photo, infos...), à l'instar des critiques dont les propos – trop ! - louangeurs ornent l'affiche du dernier film de Clint Eastwood – à ce jour, son plus gros succès au box-office US. Car, oui, à Cineblogywood.com, on aime son flegme, sa classe, son humour, son regard, sa démarche, ses films – bref, on adore Clint Eastwood.
Mais là, comment ne pas avouer notre sentiment mitigé....D'accord, Clint en vieux grincheux, vétéran de la guerre de Corée, assure un max. Ok, la lumière est - comme toujours - hyper-soignée, la musique du fiston Kyle ouatée à souhait, la direction d'acteurs efficace, et la réalisation, classique et nerveuse.
Alors, qu'est-ce qui ne va pas ? L'intrigue ! Censée déjouer le politiquement correct, elle a été vue des millions de fois...Le récit d'apprentissage, doublé de la mise en place d'une vengeance appartient désormais au cimetière des clichés. D'autant qu'elle n'évite ni les situations convenues, ni les raccourcis scénaristiques, au détriment de la psychologie, voire de l'action.
Sans surprises, mou du genou, avec de très beaux morceaux dedans
Reste de très beaux moments : le portrait d'un homme seul au soir de sa vie, ayant pour seuls compagnons sa chienne et ses cannettes de bière ; l'évocation d'un trauma, toujours pas digéré, avec lequel se trimballe Walt Kowalski, le personnage incarné par Clint Eastwood.
Enfin, un dernier quart d'heure saisissant, où surgit ce qu'aurait dû être ce film : une oeuvre testamentaire et mélancolique sur la vie, la mort, le sacrifice et le salut – rien que ça. Dans une sorte de remake de L'Homme des hautes plaines, Clint atteint pendant ces 15 dernières minutes un sommet de mise en scène. C'est bien le minimum qu'on était en droit d'attendre de sa part : réussir sa sortie. Car tous ses films ont cela de commun : un final au moins toujours classieux, même les plus récréatifs d'entre eux – souvenez-vous du dernier plan de Space Cowboys.
Bref, dans la lignée de Jugé coupable, Clint Eastwood livre là un film sans surprises, un peu mou du genou, qui n'atteint ni l'ampleur narrative de L'Echange, ni la puissance émotionnelle de Million Dollar Baby, ni l'intensité tragique de Mystic River. Pour citer Marcel Martial, Clint is good, not God !
Travis Bickle


24 février 2009

Who watched the Watchmen ? Me !

Buzz : Vu... et très approuvé !

Anderton

Délire Express aux Oscar !

Buzz : Lors de la 81e cérémonie des Oscar, Seth Rogen et James Franco ont repris leurs rôles dans Pineapple Express (Délire Express) le temps d'un sketch réalisé par Judd Apatow. Avec en spécial guest star, à la fin, Janusz Kaminski, le directeur de la photo attitré de Steven Spielberg.
C'est drôle et ça se regarde ci-dessous. Enjoy !
Anderton

23 février 2009

Oscar 2009 : résultats et vidéos

Buzz : Triomphe pour Slumdog Millionaire (découvrez ici trailer, photos et infos) aux Oscar 2009. Déception pour L'Etrange Histoire de Benjamin Button (ici notre dossier : trailer, photos, infos...) qui aurait mérité mieux que trois récompenses "techniques". Déception également pour les Français qui sont repartis bredouilles dans les catégories Meilleure musique, Meilleur film étranger, Meilleur court-métrage et meilleur court-métrage.
Enfin, un Français a été récompensé indirectement et a même fait le show : Philippe Petit, "héros" de Man on the Wire (Meilleur documentaire), qui raconte comment cet équilibriste a parcouru sur un câble d'acier l'espace entre les deux tours du World Trade Center. Accompagnant sur scène les deux réalisateurs du doc, Petit a même tenu un Oscar en équilibre sur son menton.
EW.com a d'ailleurs compilé en images les meilleurs et pires moments de cette 81e édition des Oscar. BBC News propose son Best of de la soirée en vidéo, de même que CNN et LCI.fr. Revoyez Hugh Jackman danser, Danny Boyle sauter, Ben Stiller imiter Joaquin Phoenix... Sinon voici les résultats de la soirée :

Meilleur film
Slumdog Millionaire

Meilleur réalisateur
Danny Boyle pour Slumdog Millionaire

Meilleur acteur
Sean Penn dans Harvey Milk

Meilleure actrice
Kate Winslet dans Le Liseur

Meilleur acteur dans un second rôle
Heath Ledger dans The Dark Knight

Meilleure actrice dans un second rôle
Penelope Cruz dans Vicky Cristina Barcelona

Meilleur scénario original
Dustin Lance Black pour Harvey Milk

Meilleur scénario adapté
Simon Beaufoy pour Slumdog Millionaire

Meilleure photographie
Anthony Dod Mantle pour Slumdog Millionaire

Meilleur montage
Chris Dickens pour Slumdog Millionaire

Meilleurs décors
L’Etrange histoire de Benjamin Button

Meilleurs costumes
The Duchess

Meilleurs maquillages
L’Etrange histoire de Benjamin Button

Meilleurs effets visuels
L’Etrange histoire de Benjamin Button

Meilleur son
Slumdog Millionaire

Meilleurs effets sonores
The Dark Knight

Meilleure musique
A.R. Rahman pour Slumdog Millionaire

Meilleure chanson
Jai Ho de A.R. Rahman pour Slumdog Millionaire

Meilleur film d’ animation
Wall-E

Meilleur film en langue étrangère
Departures

Meilleur court-métrage
Spielzeugland de Jochen Alexander Freydank

Meilleur court-métrage d’animation
La Maison en petits cubes de Kunio Katô

Meilleur documentaire
Man on Wire de James Marsh and Simon Chinn

Meilleur court-métrage documentaire
Smile Pinki

Anderton

Andrei Konchalovsky : mise en bouche avant Gloss

En salles : D’Andrei Konchalovsky cinéaste, on ne retient le plus souvent que sa période américaine : Runaway Train, Le Bayou, Duo pour une soliste, Tango & Cash. Et surtout le sublime et déchirant Maria’s Lovers, avec la non moins sublime Nastassja Kinski, entourée de Keith Carradine et John Savage.
C’était alors la caution "auteuriste" de l’inénarrable duo Golan-Globus, fondateurs de la Cannon, qui offrit ses heures de gloire au pire du ciné US reaganien des 80’s - Stallone avec Over the top et Cobra, en passant par Chuck Norris ou Dolph Lundgren.
C’est oublier les origines slaves du cinéaste, cadet d’un autre grand cinéaste russe, Nikita Mikhalkov – Urga, Les Yeux noirs, Le Barbier de Sibérie, Soleil Trompeur – dont il nous est permis de découvrir jusqu’au 3 mars au Lincoln à Paris l’œuvre russe.
Brouiller les pistes
Parmi les sept films présentés, j’en signalerai trois parfaitement représentatifs de l’oeuvre d’un artiste qui aime à brouiller les pistes : réalisateur, metteur en scène de théâtre et d’opéra, à l’aise aussi bien dans le pur film d’action que dans la fresque, le drame intimiste ou la satire.
- Oncle Vania (1971) : Une des plus belles adaptations de Tchekov au cinéma, teintée de satire à l’égard du régime soviétique, et qui valut au cinéaste ses premiers déboires avec les autorités.
- Sibériade (1979) : Sorte d’Autant en emporte le vent made in Sibérie, cette grandiose super-production faillit ne jamais sortir des frontières de la Russie alors soviétique sans sa miraculeuse projection au Festival de Cannes de 1979. D’où l’exil du cinéaste aux Etats-Unis, avant son retour en Russie à la fin années 90. S’il n’y avait qu’un film à retenir de sa filmographie pour découvrir son oeuvre, c’est celui-là qu’il faut avoir vu.
- La Maison de fous (2002) : Là, c’est la fibre satirique et surréaliste – slave, diront certains…- qui ressort à travers ce portrait d’un asile d’aliénés, métaphore kusturicienne d’une Russie eltsinienne au bord de la faillite économique, sociale et culturelle, empêtrée dans le conflit tchétchène. Drôle, grinçant et visionnaire, proche de certaines satires italiennes des années 70, comme Le Grand embouteillage de Luigi Comencini.
Une rétrospective qui tombe à pic pour découvrir l’œuvre russe d’un cinéaste dont le denier film, Gloss, un pamphlet contre les affres de la célébrité, sera présenté le 24 février en sa présence au Lincoln. Nazdarovie !
Travis Bickle

22 février 2009

Oscar : 45 secondes pour dire merci

Buzz : D'accord, c'est bouleversant de recevoir un Oscar mais quand on perd ses moyens et qu'on ouvre les vannes, cela devient insupportable.
Aussi l'Académie des Oscar a-t-elle demandé aux futurs lauréats de cette 81e édition de faire leur speech de remerciements en 45 secondes !
"Faites court, par pitié, faites court, surtout si vous n'êtes pas un visage connu. Et ne pleurez pas, c'est pathétique. Il s'agit juste d'une récompense", avait lâché Rick Gervais aux Emmy Awards en 2008.
On sait qu'au bout de quelques dizaines de secondes, la musique retentit et commence à couvrir le speech de l'artiste honoré. Et cette fois-ci ? On coupera le micro ? Deux molosses ramèneront la personne en coulisses ?
Caravane
C'est un peu débile d'autant que parfois, les lauréats prononcent des discours mémorables. "J'étais juste une petite fille qui vivait dans une caravane et faisait un rêve!", avait déclaré Hilary Swank en recevant son second Oscar pour Million Dollar Baby, en 2005. La même année, Jamie Foxx avait évoqué sa grand-mère qui l'avait éduqué, y compris à coups de fouet. "Et après m'avoir fouetté, elle me parlait, m'expliquait pourquoi elle m'avait fouetté, en me disant qu'elle voulait que je sois un homme bien, et elle me parle toujours aujourd'hui, quand je rêve. Et j'ai hâte de m'endormir ce soir parce qu'il y a beaucoup de choses dont nous devons parler", avait-il ajouté.
Oscar des pleurs
En revanche, certaines actrices en ont fait un peu trop. Bouleversée par son Oscar pour A l'Ombre de la haine (2002), Halle Berry avait prononcé un discours de plus de 2 minutes 30 (!!) dans lequel elle remerciait même son avocat... Gwyneth Paltrow s'était auto-flagellée en 1999 : "J'ai l'impression que je ne mérite pas cela, au milieu de vous tous !". Quant à Nicole Kidman, elle avait été honnête en annonçant, quatre ans plus tard : "Russell Crowe m'a dit, ne pleure pas si tu montes ici, et maintenant je pleure !"
"Soyons honnêtes, ce n'est pas que nous n'avons pas le temps d'écouter de longs discours, c'est que nous n'avons pas le temps d'écouter des discours barbants. Si vous n'avez rien d'intéressant à dire, vous n'avez qu'à inventer", avait conseillé Ellen de Generes en 2007, avant de conclure: "mais bon, ne vous stressez pas pour ça, parce que vous ne gagnerez peut-être pas !"
Allez, discours longs, chiants ou marrants, on les excuse, les vainqueurs. C'est aussi ça qui fait le charme (et l'ennui, voire la gêne) de ces soirées. D'ailleurs, cette année, l'Académie promet des tas de surprises. Et peut-être même des images inédites de films à venir. On jugera sur pièce.
source : LCI.fr
Anderton

La fabrication d'un Oscar en photos

Buzz : Comment fabrique-t-on un Oscar ? Réponse en images sur le site du Telegraph.
Lien pécho sur The Director's Cup
Anderton

Best of blogs cinéma : LOL, Superman et Watchmen

Sur le web : Le voici, le tant attendu best of de la semaine, produit par notre réseau de blogueurs cinéphiles ! Enjoy !

Cinefeed : LOL prend la tête du box-office...

Filmgeek : Superman Unleashed







21 février 2009

Batman vs Joker : breakdance battle !

Sur le web : Incroyable vidéo que ce Bboy Joker, une "compétition interactive de breakdance en stop-motion" ! C'est à se demander s'il s'agit vraiment de jouets.
En tout cas, ce combat entre batman et le Joker ne figure pas dans
The Dark Knight (découvrez ici notre dossier : vidéos, photos, infos...) !
Anderton

Inglourious Basterds : violence affichée

Buzz : "Il était une fois en France, pendant l'occupation nazie"... Ce joli conte de fée, délicieusement illustré sur ces quatre visuels, est évidemment le dernier film de Quentin Tarantino avec Brad Pitt : Inglourious Basterds (découvrez notre dossier : trailer, photos, buzz...).
Le film devrait donc être hyper violent donc hyper polémique. Hyper Tarantinesque, quoi !

Affiches pécho sur Uruloki
Anderton

20 février 2009

Watchmen : déluge de couvertures et premiers avis

Buzz : Entertainment Weekly consacre la couverture de son édition du 27 février 2009 à Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...). Enfin, six couvertures. Une pour chaque personnage.
Dans un dossier, EW.com revient sur la genèse de cette adaptation jugée impossible de la BD culte. Et offre en bonus 17 portraits tirés du livre Watchmen The Portraits par le photographe Clay Enos.
"Echec" ou "Voyage mental" ?
Sinon, les premiers spectateurs ayant vu le film de Zack Snyder ont rendu leur jugement : c'est un "échec prodigieux", selon un journaliste cité sur Hollywood Elsewhere. Il reproche au film d'être un "copier-coller" du comic book et d'être ennuyeux ; au cinéaste d'être peu inspiré et aux acteurs d'être mauvais. Et d'avertir qu'après un gros premier week-end, les recettes devraient dégringoler. D'où un "dur réveil" pour les fans de Watchmen. Gulp.
A l'inverse, Matt Selman, qui a longtemps bossé sur les Simpsons et tient le blog Nerd World sur CNN.com, a vécu l'expérience de sa vie. Je résume. Pour lui, Watchmen n'est pas un film mais un "voyage mental surréaliste". Ce qu'il attendait depuis qu'il a lu le graphic novel d'Alan Moore et Dave Gibbons quand il avait 14 ans.
On s'y attendait : Watchmen ne laissera pas indifférent. Au-delà même de l'adaptation réussie ou non de la BD, le style visuel de Snyder suscitera louange ou anathèmes. Vivement le 4 mars !
Anderton

OSS 117 Rio ne répond plus : un teaser saignant

Buzz : Vous le savez, sur Cineblogywood.com, on suit avec intérêt la sortie en avril d'OSS 117 Rio ne répond plus de Michel Hazanavicius. Après l'interview exclusive de Reem Kherici et la diffusion d'un premier teaser hilarant, voici un deuxième teaser... gore ! Et hilarant.
Vous reconnaîtrez Louise Monot en rousse et Jean Dujardin en rouge. En attendant de pouvoir vous balancer d'autres exclus, allez à la pêche au croco et aux infos sur le site officiel d'OSS 117 Rio ne répond plus.
Anderton

The Dark Knight : un Blu-ray lumineux

En DVD : Aussi incroyable que cela puisse paraître, il en est peut-être parmi vous qui n'ont toujours pas vu The Dark Knight (découvrez ici notre dossier : vidéos, photos, infos...). Ou bien qui l'ont vu et n'ont pas été plus emballés que cela.
La sortie en DVD et surtout en Blu-ray, chez
Warner Home Video, vous donne l'occasion de repartir à zéro. Car, je persiste et je signe, The Dark Knight est un des plus grands films de l'année 2008, un des meilleurs films de super-héros et un excellent film tous genres confondus. Il faut le voir, et le revoir pour en être convaincu.
Virtuose
La mise en scène de Christopher Nolan est d'une virtuosité à couper le souffle. Je ne parle pas que des spectaculaires scènes d'action : les face-à-(double) face sont tout aussi réussis. La tension est palpable dès le début du film (avec une scène d'intro d'anthologie, qui évoque Heat).
Les acteurs sont tous excellents : la performance de Heath Ledger restera dans les annales. Toutes les louanges qui lui ont été dressées sont méritées. Et Aaron Eckhart a failli lui voler la vedette, c'est dire ! Christian Bale, Gary Oldman, Morgan Freeman, Michael Caine, Maggie Gyllenhaal sont évidemment à la hauteur. Bravo à Nolan d'avoir su les faire travailler de concert sans mettre en avant un comédien ou son personnage par rapport à un autre.
Imax d'images
Sinon, la qualité technique du Blu-ray est monumentale.
The Dark Knight a été en partie tourné en Imax et cela se voit (si vous avez l'écran adéquat). Comme me le faisait remarquer un expert en numérique (mon popa), lors de la poursuite "Batcar vs The Joker" (extrait à voir ci-dessous et dans notre playlist Wat), on distingue même le numéro des voitures de police lors des vues en hélicoptère ! Hallucinant. Alors oui, c'est vrai, le retour à des images "plus classiques" saute aux yeux mais cela ne gêne pas la vision du film.
Les bonus sont fournis, avec notamment l'indispensable making of, un module sur les gadgets de Batman , un autre sur sa psychologie... Ce qui manque, c'est un vrai focus sur Heath Ledger, son interprétation et la manière dont il est entré dans son personnage. Un sujet trop sensible ? A moins qu'il s'agisse d'une volonté de ne pas mettre en avant un acteur par rapport aux autres...

Reste que ce petit défaut ne remet pas en cause l'édition remarquable d'un film qui ne l'est pas moins.

Anderton

19 février 2009

Hugh Jackman, Zac Efron et Beyoncé ouvriront les Oscar en musique

Buzz : La tension monte à quelques jours de la cérémonie des Oscar, qui se tiendra dimanche soir.
La 81e édition de cette fête hollywoodienne débutera, selon plusieurs sources, par un numéro musical réunissant
Hugh Jackman, le maître de cérémonie, Beyoncé et Zac Efron !
Sinon, rappelons que L'Etrange Histoire de Benjamin Button (ici notre dossier : trailer, photos, infos...) et Slumdog Millionaire (découvrez ici trailer, photos et infos) sont les films les plus "nominés" avec respectivement 13 et 10 sélections.
La France est également bien représentée avec Entre les Murs pour l'Oscar du film étranger ; Alexandre Desplats pour l'Oscar de la meilleure bande originale de film (L'Etrange Histoire de Benjamin Button) ; Elizabeth Marre et Olivier Pont pour l'Oscar du meilleur court-métrage (Manon sur le Bitume) ; Julien Bocabeille, François-Xavier Chanioux, Olivier Delabarre, Thierry Marchand, Quentin Marmier et Emud Mokhberi pour l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation (Oktapodi).
N'oublions pas que la société française Angénieux a déjà reçu
un Oscar scientifique et technique pour la mise au point d'objectifs de caméra.
Quelques bonnes infos sur les Oscar (qui est Oscar ? peut-on revendre son Oscar ? etc) sont dispo sur LCI.fr
Anderton

Watchmen : on en mangerait !

Sur le web : Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...) sera-t-il un bon film ? On l'espère. En attendant, deux fans de cinéma et de cuisine ont réalisé des petits gâteaux - des cupcakes - sur le thème du film de Zack Snyder.
On ne sait pas non plus s'ils sont bons mais ils sont bien foutus (les cakes, pas les fans). Plusieurs autres photos sont dispo sur
Cinematical.com.
Photos pécho via The Director's Cup
Anderton

The Trilogy Meter : la règle de trois

Sur le web : Ce sont souvent les idées les plus simples qui sont les meilleures. Voire les plus bonnes. Bref, voici le Trilogy Meter signé Dan Meth. Tout autre commentaire serait superflu.
En revanche, les avis ont le droit de s'exprimer. Forcément, y a des désaccords. Les plus flagrants, à mes yeux, concernent Le Parrain (le 3e opus est largement sous-estimé), Alien (le Ridley Scott est aussi bon, si ce n'est meilleur que le James Cameron) et Indiana Jones (le 3 est en dessous du 2).
Anderton tuyauté par Johnson & Johnson, toujours à l'affût

18 février 2009

Hayden Panettiere sexy dans I Love You Beth Cooper

Buzz : Depuis Heroes, Hayden Panettiere en a fait tourner la tête (entre autres) à plus d'un. La Miss est sexy et l'assume. La preuve avec I Love You Beth Cooper, une comédie pour ado au scénar archi-vu : le plus gros nerd de la fac est amoureux de la méga-bombe de la fac.
Ajoutez une soirée avec beuverie, des filles sexy, des mecs musclés pas cool, une scène de douche, une course-poursuite en voiture... Et voilàààààààà ! Malgré tout, le trailer (à voir sur le site officiel du film) se laisse regarder et suscite quelques sourires.
Autour de Miss Panettiere, Samm Levine (dans le rôle du nerd), Alan Ruck, Paul Rust, Jack Carpenter, Lauren Storm, Lauren London... Plus connu, le réalisateur : Chris Columbus ! Oui, le réal des deux premiers Harry Potter revient à la comédie après l'échec de Rent (comédie musicale). Il devrait retrouver les grâces du public avec I Love You Beth Cooper...
Sortie aux States en juillet 2009 ; en novembre en France.
Anderton

Concours Watchmen : le gros lot pour le gagnant de Cineblogywood

Sur le web : Après tirage au sort, Aurélien S., le vainqueur du concours Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...) sur Cineblogywood.com, a tiré le gros lot : le lot 1, le plus fourni des cinq.
Notre heureux lecteur recevra prochainement chez lui : 2 sweets, 1 lot de 4x6 affichettes, 1 paire de lunettes, 1 porte clé, 1 montre. On est ravi pour Aurélien qui, on s'en doutait, est super content.
Résultat complet de ce tirage au sort sur BlogBang.
Anderton

La Personne aux Deux Personnes : trois détournements

Buzz : Malgré l'énorme buzz suscité par Gilles Gabriel, malgré Daniel Auteuil, Alain Chabat et Marina Fois au générique, La Personne aux Deux Personnes n'a pas eu le succès espéré en salles. Deuxième chance pour le film de Nicolas et Bruno (Le Message à caractère informatif, Le Bureau) dispo sur Canalplay.
Et pour l'occasion, les deux compères balancent trois bandes-annonces qui détournent leur propre film. C'est hénaurme !
Anderton




Transformers 2 : trailer explosif

Buzz : Le teaser au Super Bowl nous en avait donné un avant-goût. Ce trailer de Transformers 2 (découvrez ici notre méga-dossier sur la franchise) confirme que The Revenge of The Fallen sera encore plus tout que le premier opus.
Michael Bay l'avait promis, il a tenu parole ! La bande-annonce en question se découvre ci-dessous et dans notre playlist Wat. Outre des explosions et des destructions à la chaîne, vous reconnaîtrez sans doute Shia LaBeouf et Megan Fox. Enjoy !
Vidéo pécho via The Movie Blog
Anderton


17 février 2009

The Wrestler : l'âme du guerrier

En salles : Randi "The Ram" Robinson était un champion de catch dans les années 80. Il vit maintenant de petit boulot et continue de combattre en amateur pour quelques dollars et pour l'adoration de ses fans. Après une qu'une crise cardiaque l'aie forcé à mettre un genou à terre, il décide de se ranger définitivement et de renouer avec la vie qu'il avait négligée.
The Wrestler, le nouveau film de Darren Aronofsky, nous parvient un peu à la manière d'un catcheur qui monte sur le ring, à grand renfort de bruit et d'adjectifs dithyrambiques.
"Outstanding !"
Ben oui, qu'on se le dise apparemment ce film envoie le pâté ! Et comme toujours devant un film annoncé avec tant d'aplomb, on avance sur la pointe des pieds et on entre dans la salle méfiant comme si on entrait chez le dentiste. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si un grand sage (Frank Lucas dans American Gangster) a dit (à peu près): "Dans une pièce, celui qu'on entend le plus est toujours le plus faible". Héhé, ça c'est de la citation qui tabasse ! Sauf quand depuis la prime enfance, on vous répète sans arrêt que vous êtes trop bruyant...
Mais trêve d'auto-analyse, retour au film. Comment vous dire, c'est éblouissant. Désolé, on ajoute un adjectif à la déjà longue liste qui lui sert d'argument promotionnel, mais rien à faire, ces 110 minutes sont inoubliables.
Cinéaste devenu culte en deux films, Aronofsky nous avait quitté sur une déception avec The Fountain, d'autant plus douloureuse que ce film était attendu comme le messie. The Wrestler avait pris le chemin inverse. Un film aux allures plus simples et intimistes. On était forcément intrigué mais rien de plus, pas le frisson de l'année.
A l'économie
C'est finalement la qu'est la force du film. Il sait s'effacer. Non pas qu'il soit réalisé sans verve, mais juste que tout est tellement naturel qu'on en oublierait qu'on est au cinéma. On suit la vie de ce catcheur, et juste sa vie. Tout le contraire de Slumdog Millionaire, en fait. Là où l'un essayait d'exister en multipliant les effets de manche, l'autre vous chuchote une histoire à l'oreille et réussis à vous émouvoir jusqu'aux larmes.
Dès le premier plan, on se dit qu'Aronofsky a cherché à mettre de côté ses effets habituels pour s'orienter vers une économie narrative et visuelle toute nouvelle pour lui (même s'il est vrai que The Fountain amorçait déjà un virage, mais qui a envie de s'en souvenir ?). Puis, plus le film avance et plus cette économie se révèle être en fait de la retenue, voire de la douceur. L'histoire de ce catcheur ne sera pas contée par les coups qu'il reçoit mais par la manière dont il les encaisse, tout l'art du catch en somme, l'âme en supplément.
Mickey et Marisa
Si Aronofsky joue le jeu, ses acteurs le suivent, Mickey Rourke en tête, bouleversant. Les autres ne sont pas en reste, tout spécialement la magnifique Marisa Tomei qui après 7h58 ce matin-là de Sydney Lumet prouve qu'elle sait choisir ses projets... des fois (cf Bande de tocards euh Bande de sauvages, pardon). On espère que cela lui permettra de revenir au plus vite sur nos écrans, surtout si elle continue à mettre en valeur ses... atouts d'actrice avec autant de talent. Pouuuuh, ça me donne des frissons rien que d'y repenser.
Bref ! Pour ne pas remplir des pages, The Wrestler c'est bien, voire même outstanding ! Courrez-y.
The Dude

Beaucoup de chemins mènent à Rohmer...

En DVD : C'est incontestablement l'évènement DVD de ce 1er semestre, plus attendu encore que la sortie des Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...) : l'oeuvre d'Eric Rohmer enfin disponible en DVD unitaires !
Marcel Martial en a eu la primeur, et m'a fait part de son enthousiasme. Il a bien raison, le bougre.
Car enfin, de
Ma nuit chez Maud à L'Amie de mon amie, en passant par Le Beau mariage, c'est le best of d'un cinéaste majeur qui s'ouvre enfin à nos DVDthèques, dans de très riches éditions, toutes suivies d'entretiens-analyses – pour la plupart avec Eric Rohmer himself - passionnants.
Le Woody Allen français
Finesse des dialogues, précision diabolique des scénarios, beauté des actrices, sens aigu du cadrage, admirable choix des décors, génie du lieu : au-delà du caractère parfois un poil trop littéraire des intrigues sentimentales, Eric Rohmer apparaît ici comme un véritable cinéaste, créateur d’un univers qui lui est propre – une sorte de Woody Allen à la française : régularité de sa production, comédiens fétiches, découvreur de nouveaux talents, sens de l’humour et de l’ironie, références littéraires assumées (Pascal, Marivaux…).
La preuve en 8 films qu’Opening a eu la bonne idée d’éditer en unitaires :
Paris vu par… (1965): Paris, la Nouvelle Vague, 6 réalisateurs emblématiques dans un seul DVD.
Ma nuit chez Maud (1969) : chef-d’œuvre pascalien auvergnat. Jean-Louis Trintignant partagé entre la blonde Marie-Christine Barrault et la brune Françoise Fabian – on le comprend…
Le Genou de Claire (1970) : ou le Lac d’Annecy érotisé par le charme d’Aurora Cornu – quel nom ! – et de Béatrice Romand.
Le Beau mariage (1982) : le moins connu de la série. A redécouvrir dare-dare.
Pauline à la plage (1983) : Arielle Dombasle-Pascal Greggory-Simon de la Brosse-Fedor Atkine en Normandie : sans commentaires !
Les Nuits de la pleine lune (1984) : Marne la Vallée-Boffil-Fabrice Lucchini envoûtent la regrettée Pascale Ogier habillée par Dorothée Bis, dans son plus beau rôle. Musique d’Elli & Jacno. Cultissime.
Le Rayon Vert (1986) : un été à Biarritz. Lion d’Or à Venise.
L’Amie de mon amie (1987) : Cergy-Pontoise comme jamais vu, le bellâtre François-Eric Gendron, la charnelle Emmanuelle Chaulet.
Bref, de quoi vérifier l’influence majeure sur tout un pan du cinéma américain d’un cinéaste trop souvent caricaturé . Et de constater dans le même temps, en quoi cet héritier prolifique des moralistes des Lumières demeure un auteur rare et précieux dans un paysage cinématographique français gagné par le merchandising et la facilité – c’était ma séquence grognon !
Travis Bickle

16 février 2009

Watchmen : résultats du concours

Buzz : Et voici les résultats du concours Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...) organisé par Paramount, BlogBang et Cineblogywood.com.

Bravo à
Aurélien S. Il a trouvé toutes les réponses à nos questions. Son mail a été communiqué à BlogBang et il participera au tirage au sort pour gagner (on l'espère pour lui) l'un des cinq lots suivants :

LOT 1 : 2 sweets, 1 lot de 4x6 affichettes, 1 paire de lunettes, 1 porte clé, 1 montre
LOT 2 : 1 sweet, 1 lot de 4x6 affichettes, 1 paire de lunettes, 1 porte clé, 1 montre
LOT 3 : 1 sweet, 1 lot de 4x6 affichettes, 1 paire de lunettes, 1 porte clé
LOT 4 : 1 sweet, 1 lot de 4x6 affichettes, 1 paire de lunettes, 1 porte clé
LOT 5 : 1 paire de lunettes, 1 porte-clé

Et voici les bonnes réponses :

1) Avant Watchmen, quel film Zack Snyder a-t-il réalisé ?

a) Sin City
b) 300
c) Batman Begins

2) Dans Watchmen, quel est le président américain en exercice ?
a) Ronald Reagan
b) J.F. Kennedy
c) Richard Nixon

3) Qui est le dessinateur de la BD Watchmen dont est tiré le film ?
a) Dave Gibbons

b) Frank Miller
c) Alan Moore

Merci à tous. Vous avez été nombreux à avoir participé !

Anderton

Translate this blog