DOSSIER

28 février 2011

Annie Girardot, mort d'une tendre poulette

Artistes : Atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis 1998, Annie Girardot est morte ce lundi, à l'âge de 79 ans. Quelques jours après la cérémonie des César 2011. En recevant la compression dorée en 1996 pour sa prestation dans Les Misérables, l'actrice avait bouleversé l'auditoire en déclarant : "Je ne vous ai peut-être pas manqué, mais le cinéma français m'a manqué follement, éperdument, douloureusement et cette récompense montre que je ne suis pas encore tout à fait morte" (voir la vidéo).

Artiste à fleur de peau, dont la vie personnelle n'a pas toujours été rose (lire l'article de TF1 News), Annie Girardot a marqué l'écran de ses prestations remarquables dans des films dramatiques : Rocco et ses frères de Luchino Visconti (1960), Vivre pour vivre de Claude Lelouch (1967), Mourir d'aimer d'André Cayatte (1971) ou encore Docteur Françoise Gailland de Jean-Louis Bertucelli (1976). Elle sera ainsi récompensée de plusieurs César et d'un prix d'interprétation au festival de Cannes.

Au delà de ces rôles forts, je retiens d'Annie Girardot sa gouaille de titi parisienne. Et j'ai usé les VHS de quelques-unes de ses comédies : comme La Zizanie de Claude Zidi (1977), où elle tient tête à Louis de Funès ou Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas... mais elle cause de Michel Audiard (1969). Et surtout, surtout, elle forme un couple épatant (une femme flic énergique mariée à un prof de grec anar !) avec Philippe Noiret dans Tendre Poulet et On a Volé la Cuisse de Jupiter, deux bonnes comédies pleines de nostalgie réalisées par le grand Philippe de Broca. Voici ci-dessous deux compilations d'extraits.

Les artistes passent mais heureusement les oeuvres restent. Chère Annie, je ne vous dis donc pas adieu mais à bientôt.

Anderton











Aucun commentaire:

Translate this blog