New

20 février 2012

Killer Elite : série B comme burnée


En DVD et Blu-ray : Dans son métier, Danny était le meilleur. Et son métier, c'était tueur à gages. A la suite d'une opération - l'opération de trop -, Danny a décidé de raccrocher et d'aller refaire sa vie dans le bush australien. Jusqu'à ce qu'il soit obligé de reprendre du service pour sauver son ex-partenaire, retenu en otage. Et sa nouvelle mission va l'amener à affronter les SAS, les commandos de l'armée britannique.

Pour son premier long-métrage, Gary McKendry a réuni un casting de haut vol - Jason Statham, Clive Owen, Robert De Niro, Dominic Purcell (Prison Break), Adewale Akinnuoye-Agbaje (Lost) - pour raconter l'histoire vraie d'une barbouzerie british digne d'une opération foireuse de la CIA. Mais ne vous y trompez pas : Killer Elite est une pure série B.


Plan B

Attention, une série B, à mes yeux, cela n'a rien d'infâmant. Certes, on sent bien que le budget n'avait rien d'hollywoodien : un kiosque à journaux ne suffit pas à faire passer une rue de Londres pour une artère parisienne. Pour autant, le film a été tourné en partie en Jordanie, au Maroc et au Pays de Galles - on voyage donc et ça se voit à l'écran. Le principal défaut du film tient au scénar et aux dialogues, un chouia faiblards, malgré un sujet en or.

Reste qu'avec des moyens restreints, le réal et l'équipe ont donné tout ce qu'ils avaient dans le ventre pour livrer un film rythmé, sans temps mort, avec ce qu'il faut de scènes d'action - très réussies d'ailleurs. Cette énergie se retrouve aussi bien dans la mise en scène que dans les interprétations : Statham et Owen sont excellents, bien secondés par Purcell et Akinnuoye-Agbaje. Quant à De Niro, il tient un petit rôle ; il déroule, sans se forcer, mais avec son talent habituel.

Le DVD, édité par TF1 Vidéo, offre en bonus des interviews des protagonistes et un making of, qui tient davantage d'une succession de séquences filmées lors du tournage, sans véritables montage et mixage. Un service minimum pour une série B qui s'assume et qui, sans révolutionner le genre, permet de passer un bon moment. Et contrairement à ce que vous entendez dans le trailer ci-dessous, il n'y a pas de morceau de Scorpions dans le film. Ouf.

Anderton

Aucun commentaire:

Translate this blog