mardi 31 mai 2016

Merci Patron : critique express

En salles : Merci Patron, film documentaire de François Ruffin. Lorsque Les Deschiens rencontrent Michael Moore, ça donne Merci Patron


lundi 30 mai 2016

Bone Tomahawk : once a gore a time in the West

En DVD et Blu-ray : Mélanger les genres est risqué. Cowboys et Envahisseurs n'avait pas fait l'unanimité. Et voici que débarque Bone Tomahawk, un western qui va fricoter cette fois-ci avec le film d'horreur. Etonnant d'autant qu'il s'agit d'un premier film, indépendant, qui dégaine un casting six-coups : Kurt Russell, Patrick Wilson, Matthew Fox, Richard Jenkins, Lili Simmons et, David Arquette. 


Le film commence de manière très crue. Wild, Wild West. L'Ouest sauvage... Direction Bright Hope, une petite ville dont la tranquillité est bouleversée par un meurtre horrible et un triple enlèvement. Tout accuse une étrange tribu indienne, qui vit recluse dans les montagnes. Le shériff se met en route, accompagné de son vieil adjoint, d'un as de la gâchette et du mari boiteux de la kidnapée. Etrange équipage pour une équipée sauvage.



Angoisse à O.K. Corral

Pour son premier long-métrage en tant que réalisateur, S. Craig Zahler signe une oeuvre originale marquée par une belle maîtrise du rythme. Le recours aux plans fixes qui durent (avec parfois l'effet de sortir le spectateur de l'action) et la mise en place de séquences qui font la part belle aux longs échanges (dialogues ciselés d'ailleurs, écrits également par Zahler) instaurent une atmosphère décalée, qui en devient oppressante. On pense à Tarantino mais Zahler ne cherche pas à copier. D'autant que la musique (jouée par un ensemble de cordes) est rare. La violence éclate sans prévenir jusqu'à un dernier tiers de film angoissant, gore même. Pour autant, Zahler ne cède pas aux facilités du film d'horreur. 

Il s'appuie par ailleurs sur un casting talentueux : Kurt Russell en shérif tout droit sorti d'un western de la grande époque, Patrick Wilson en mari diminué par une grave blessure mais qui révèle tout son courage, Matthew Fox étonnant en dandy tueur d'Indiens, Richard Jenkins (Frangins malgré eux, Six Feet Under) méconnaissable en vieillard bavard, Lili Simmons (vue dans True Detective) en épouse qui n'a rien d'une potiche et David Arquette dans le rôle d'une belle ordure. Et chacun se donne à fond, visiblement heureux de se retrouver au générique d'un premier film qui n'évite pas quelques maladresses, mais qui s'avère déstabilisant et original.

L'édition de M6 Vidéo comprend par ailleurs un making of dans lequel les acteurs font part de leur plaisir d'avoir pris part à cette étrangeté cinématographique. Grand Prix du jury à Gérardmer mérité. A découvrir.

Anderton


dimanche 29 mai 2016

Interstellar : la boucle de Moebius est bouclée

Buzz : Alors que Christopher Nolan tourne Dunkirk à Malo, dans le Nord de la France, j'aimerais revenir sur son dernier film en date, Interstellar. La construction du scénario d’Interstellar, c’est la même que celle de La Jetée, de Chris Marker, ou de L’Armée des 12 singes, de Terry Gilliam : c’est un serpent qui se mord la queue ; un ruban de Moebius. Le début de l’histoire ne peut être compris pleinement qu’une fois la fin arrivée. 

vendredi 27 mai 2016

Jean-Pierre Lavoignat : "Aux Fauvettes, nous panachons films anciens et films nouveaux"

Buzz : Depuis le mois de novembre dernier, un nouveau temple de la cinéphilie a ouvert à Paris : Les Fauvettes, avenue des Gobelins, dans le XIIIe arrondissement. Dans un quartier il est vrai peu fréquenté par les cinéphiles, Les Fauvettes offrent un splendide écrin aux rééditions que le cinéma programme. Sous la houlette de Jean-Pierre Lavoignat , de très nombreux hommages et rétrospectives s’ajoutent aux Nuits Première, au Ciné Quizz de Philippe Rouyer et aux prochaines séances du Club TCM Cinéma. Entretien avec son tout nouveau et enflammé programmateur, Jean-Pierre Lavoignat, ex-Première, ex-Studio Magazine.

jeudi 26 mai 2016

Star Wars et Godzilla rencontrent l'art japonais

Buzz : Une belle affiche Star Wars a été découverte à Kyoto par notre fidèle lecteur, Jérôme S. Jérôme. Une autre mettant en scène Godzilla est à découvrir ci-dessous.

mercredi 25 mai 2016

#TakeMeAnywhere Shia LaBeouf ira dormir chez vous

Artistes : Avec ses désormais compères Rönkkö et Turner, Shia LaBeouf s'est lancé dans une nouvelle aventure artistique. Le principe de #TakeMeAnywhere : pendant 30 jours, le trio balance ses coordonnées GPS sur la toile et les premiers internautes qui viennent à sa rencontre peuvent l'emmener où ils veulent.



Tout, Tout de Suite : critique express

En salles : Tout, Tout de Suite de Richard Berry avec Marc Ruchmann et Steve Achiepo. J'y vais, j'y vais pas....voilà ce qu'on peut se dire devant l'affiche du film. On a tous connu l'histoire. On connait tous le dénouement. Mais l'idée de raconter l'histoire du coté des ravisseurs-tortionnaires apporte un nouvel angle de vue.

Carol : une bouleversante histoire d'amour

En Blu-ray et DVD : Le Festival de Cannes 2016 est terminé mais il est possible de revoir en vidéo l'un des films de la Sélection 2015 : Carol de Todd Haynes. Une magnifique histoire d'amour porté par les interprétations émouvantes de Cate Blanchett et Rooney Mara.


mardi 24 mai 2016

Le Monde de Dory : trailer aquatique

Buzz : Nouvelle bande-annonce pour Le Monde de Dory, qui est une suite du Monde de Nemo mais avec Dory en vedette. Découvrez les images ci-dessous.


The Nice Guys : critique express


La Team Cineblogywood accueille une nouvelle gâchette : Joss Beaumont est son nom. Un professionnel qui balance des posts millimétrés. Première salve.
 

En salles : The Nice Guys de Shane Black avec Ryan Gosling et Russell Crowe. A l'affiche, on sait qu'on va voir une comédie. Après un peu d'appréhension, on se laisse aller à rire et à se prendre à l'intrigue.


lundi 23 mai 2016

Le Festival de Cannes de Stana Roumillac (comédienne)

Artistes : Un dernier petit Questionnaire cannois (découvrez nos interviews) post-Festival de Cannes. Stana Roumillac est comédienne. Quand elle descend sur la Croisette, c'est avant tout pour se faire remarquer, rencontrer des producteurs ou des réalisateurs qui seront séduits par son talent et sa personnalité.

La Belle et la Bête : Emma Watson fait du teasing

Buzz : Poursuivant l'adaptation de ses films d'animation en films "live action", Disney a dévoilé le teaser de La Belle et la Bête (Beauty and the Beast), avec Emma Watson dans le rôle de Belle et Dan Stevens dans celui de la Bête.

 

Bertrand Blier : "Buffet Froid reste encore aujourd’hui un ovni"

Artistes : Aux cinéma Les Fauvettes le 19 mai, Bertrand Blier est venu présenter Buffet Froid dans le cadre du Première Cinéma Club. Occasion pour le réalisateur de Notre Histoire et de Trop belle pour toi de revenir sur le film, son tournage et sa filmographie. Culte, en attendant un prochain film, car cinq ans après Le Bruit des glaçons, son écriture et son univers fantastique social nous manquent. Florilège. 

Palme d'or et Oscar pour Marty, l'outsider

En Blu-ray et DVD : Qui se souvient que la première Palme d'or a été attribuée en 1955 à Marty, au nez et à la barbe d'Elia Kazan, venu présenter A l'Est d'Eden ? Avant cette date, le jury du Festival de Cannes remettait en effet un grand prix. Mais revenons à Marty : qui se souvient de ce film qui a, en outre, été récompensé de quatre Oscars, dont celui du meilleur film ! Gloire à Wild Side qui édite un beau coffret mettant en valeur un film loin d'être anecdotique.

dimanche 22 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 12 en 12 photos et vidéos


Buzz : 12e et dernier jour du Festival de Cannes 2016. Au programme : des primés pas tous déprimés, un jury comme au tribunal, un coup de gueule, un noeud pap, du moonwalk sur les marches...


Cannes 2016 : le palmarès complet

Buzz : George Miller et le jury du Festival de Cannes 2016 a attribué la Palme d'or à Ken Loach pour Moi Daniel Blake. Découvrez l'intégralité du palmarès ci-dessous.



Cannes 2016 : coucou de Ryan Gosling, demande de Zorro, kilt et cocktail (2/2)

Buzz : Dernier coup de rétroviseur sur le Festival de Cannes 2016. Le coucou de Ryan Gosling, le mix de Lilian le barman, la demande de Zorro, les recoins du Palais...


Cannes 2016 : George & Julia, Miss Cannes et Mrs Doubtfire (1/2)

Buzz : Le Festival de Cannes 2016 touche à sa fin. Bref, aperçu de mes cinq jours sur place, juste assez pour y goûter, pas assez pour l'apprécier et même de quoi rentrer un peu frustrée...


Bryan Cranston Super Sweet 60

Buzz : Bryan Cranston fête son 60e anniversaire dans l'émission Super Sweet 60, qui ressemble furieusement au My Super Sweet 16 (Mon Incroyable anniversaire) de MTV. Ce sketch diffusé au Jimmy Kimmel Live est juste ENORME ! Avec en guests Jimmy Kimmel donc, Aaron Paul, Bob Odenkirk et... SisQo ! Découvrez la vidéo ci-dessous.


samedi 21 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 11 en 10 photos et vidéo


Buzz : 11e jour au Festival de Cannes, ça sent la quille. Mel Gibson et Teddy Riner, Paul Verhoeven et Isabelle Huppert, Nicolas Winding Refn et Elle Fanning, Xavier Beauvois et Jean-Pierre Léaud, rosé et Méditerranée... il a beaucoup été question de couples aujourd'hui.



Mon Cannes 2016 : 5 jours, 6 films

Buzz : Cinq jours au Festival de Cannes 2016, c'est peu mais j'ai pu connaître quelques émotions cinématographiques quand même. 


Cannes 2016 : Elle "palme évidente", "délicieusement pervers", "génie"

Buzz : Depuis le début de ce Festival de Cannes 2016, rarement les festivaliers ont été aussi unanimes. Elle de Paul Verhoeven, avec Isabelle Huppert et Laurent Lafitte, les a emballés. Florilège.

vendredi 20 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 10 en 11 photos et vidéos

Buzz : Et de 10 ! Au Festival de Cannes, les jours s'enchaînent dans le glamour et la joie. Nicolas Winding Refn, Xavier Dolan, Nicolas Cage, Charlize Theron, Sean Penn et une chèvre sont à l'honneur.


Cannes 2016 : The Last Face "mélo classique", "navet", "the worst of the fest"

Buzz : Sean Penn en compétition officielle au  Festival de Cannes 2016 avec The Last Face. Le sujet fort et le casting (Charlize Theron, Javier Bardem, Adèle Exarchopoulos, Jean Reno) n'ont pas convaincu les festivaliers. Les réactions sont très, très négatives. Florilège.

mercredi 18 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 8 en 10 photos


Buzz : 8e jour et le Festival de Cannes continue de susciter de l'émotion. Au programme : Xavier Dolan, les frères Dardenne, Terry Gilliam, une plage bondée, une queue monstre...


Cannes 2016 : Juste la fin du Monde "déroutant", "tapageur", "un sommet d'émotion"

Buzz : Xavier Dolan au Festival de Cannes et c'est l'émeute à la projection presse. Juste la fin du monde réunit Marion Cotillard, Vincent Cassel, Nathalie Baye, Gaspard Ulliel et Léa Seydoux. Les réactions en sortie de projos sont tout sauf tièdes. Florilège.


Ghostbusters : deuxième trailer grande goule

Buzz : Le nouveau trailer du remake de Ghostbusters montre des tas de revenants, fantômes et ectoplasmes, dont certains ont déjà montré leur goule dans l'original.


mardi 17 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 7 en 10 photos et vidéos

Buzz : Ce mardi au Festival de Cannes, 7e jour de la compétition, a été marqué par Kristen Stewart (encore et toujours), Pedro Almodovar et Rossy de Palma, des doigts d'honneur, une banderole...

The Nice Guys : Ryan Gosling et Russell Crowe se font engueuler par Joel Silver

Buzz : Ce n'est pas tous les jours que des stars se font engueuler comme des petits merdeux. En plein press junket pour The Nice Guys,  Ryan Gosling et Russell Crowe se font incendier par le producteur du film, Joel Silver. Et c'est très drôle. Découvrez la vidéo.

X-Men Apocalypse : patchwork pas désagréable mais...

En salles : Dans la longue liste de reboots ratés de films de super héros, la saga X-Men fait office d’exception. Celle que l’on croyait morte après l’exécrable Last Stand (2006) est revenue plus forte que jamais en 2011 avec un reboot nommé First Class et mené de main de maitre par Matthew Vaughn. Frais, malin, visuellement efficace et conduit par un casting assez brillant, ce First Class a redonné espoir à tous les fans de nos amis les mutants.


Sa suite, Days Of Future Past (2014), réalisée par un Bryan Singer à peine remis de l’échec de Superman Returns, servira de passage de témoin définitif entre l’ancienne génération et la nouvelle et se révèlera tout aussi efficace. Nous arrivons donc à ce X-Men Apocalypse, toujours réalisé par Singer, avec tout le cast du reboot et quelques nouveaux entrants.


Cannes 2016 : Julieta "classe et inspiré", "convenu", "Pedro is back"

Buzz : Pedro Almodovar va-t-il enfin remporter la Palme d'or ? Suspense. En tout cas, son Julieta a été très applaudi à la projection presse, même si des voix discordantes se sont fait entendre. Sans quoi le Festival de Cannes se serait pas tout à fait lui-même... Florilège de réactions à chaud.


lundi 16 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 6 en 15 photos et vidéos

Buzz : Sixième jour au Festival de Cannes. Résumé de la journée sur les réseaux sociaux. Et il y a encore du beau monde : Kristen Stewart, Steven Spielberg, Robert De Niro, Nicolas Winding Refn, Jim Jarmusch, Bertrand Tavernier and much more.

Personal Shopper : huées, "beauté inouïe", KStew au top

Buzz : Sifflets, huées... Certains festivaliers ont exprimé leur mécontentement lors de la projection presse de Personal Shopper, le film d'Olivier Assayas avec Kristen Stewart. Des réactions qui ont provoqué d'autres réactions de mécontentement. Le Festival de Cannes, quoi ! Le film divise ! Florilège.

Voyage à travers le cinéma français : Tavernier passionné et passionnant

Buzz : Après les voyages de Martin Scorsese à travers les cinémas américain et italien, voici celui de son double et comparse Bertrand Tavernier, dans un documentaire intitulé Voyage à travers le cinéma français. et projeté au Festival de Cannes 2016, dans le cadre de Cannes Classics.

Loving : "une merveille", "académique", "sobre et puissant"

Buzz : Jeff Nichols était attendu au Festival de Cannes 2016. Son Loving a bouleversé les festivaliers et déçu quelques-uns aussi. Florilège.



Le Festival de Cannes selon Philippe Rouyer (Positif)

Buzz : Critique de cinéma, à Positif et au Cercle sur Canal+ (entre beaucoup d'autres), Philippe Rouyer sait parler des films avec simplicité, passion et intelligence. Blasé ? Jamais ! Evidemment, il prend son pied au Festival de Cannes. Nous lui avons donc soumis notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews). Il évoque une formidable bataille, le syndrome de Stendhal et des mini-siestes.


dimanche 15 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 5 en 15 photos et vidéos

Buzz : Et de cinq ! Une journée de plus au Festival de Cannes. Avec Marion Cotillard, Ryan Gosling, Russell Crowe, Gérard Depardieu, Shia LaBeouf, un chien, un aigle, une pelleteuse...


Cannes 2016 : Mal de Pierres, "mauvais téléfilm", "lyrique", "Cotillard intense"

Buzz : Adapté de l'ouvrage de Milena Agus, Mal de Pierres de Nicole Garcia réunit Marion Cotillard et Louis Garrel à l'écran. Ce troisième film français présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2016 a profondément divisé les festivaliers. Certains n'ont pas été tendres. Effet projo du dimanche matin ? Florilège.

samedi 14 mai 2016

Cannes 2016 ; Jour 4 en 10 photos et vidéos


Buzz : Quatrième journée au Festival de Cannes. Avec Spielberg, Jodorowsky, Efira, un coup de tête et de la bronzette.



Cannes 2016 : "Sur Un Homme et une femme, Lelouch était très paternel" - INTERVIEW

Artistes : 50 ans déjà. Un Homme et une femme, ex aequo avec Ces messieurs dames, de Pietro Germi, décrochait la Palme d’Or du jury présidé par Sophie Loren. Le début de la gloire pour son réalisateur Claude Lelouch. Projeté dans une version restaurée au Festival de Cannes 2016, dans le cadre de Cannes Classics, le film nous a donné envie de recueillir le témoignage d’un de ses protagonistes principaux. Non, il ne s‘agit ni de Jean-Louis Trintignant, ni d’Anouk Aimée. Mais d’Antoine Sire. Alors âgé de 5 ans, il incarne – ou plutôt joue – le fils de Jean-Louis Trintignant. Souvenirs.




Comment vous êtes-vous retrouvé impliqué à Un Homme et une femme ?
Antoine Sire : Je suis le fils de Gérard Sire, grand homme de radio, également scénariste de Jean Yanne, jusqu’à sa mort en 1977. A la base de tout, il y a l’amitié entre mon père et Claude Lelouch, qui étaient extrêmement proches, comme des frères. Du coup, quand Lelouch a entrepris la réalisation d’Un Homme et une femme, il a mobilisé toutes les bonnes volontés. Mon père lui a donc prêté sa voix, sa maison qui a servi pour les scènes de flashback entre Pierre Barouh et Anouk Aimée, et son fils – moi ! 

Comment se sont-ils connus ?
Au début des années 60, mon père était le principal producteur de scopitones en France. Parmi les réalisateurs qu’il employait, il y avait un jeune homme, Claude Lelouch. Le scopitone marchait très bien, jusqu’à ce qu’arrive la couleur à la TV. Petite anecdote : un jour, Lelouch est arrivé dans le bureau de mon père en lui disant : "Ca fait un moment que tu ne m’as pas payé". "Bah oui, les affaires sont mauvaises." "OK, mais tu roules quand même dans un superbe cabriolet Mercedes rouge !" "Oui, tu as raison : prends la Mercedes, je te la donne !" Donc, Lelouch, qui en était à ses tout débuts, est parti avec sa voiture, qui est devenue son porte-bonheur. Quand il devait signer des contrats importants, dont celui d’Un Homme et une femme, il le faisait dans la Mercedes qui était bien plus présentable que ses bureaux !

Une amitié qui s’est prolongée dans le cinéma...
Oui, mon père apparaît dans quasiment tous ses films avant Un Homme et une femme, et tous ceux qu’a réalisés Lelouch jusqu’en 1977. Par exemple, il joue le rôle du procureur qui se fait kidnapper dans L’Aventure, c’est l’aventure. Dans Un Homme et une femme, il est très présent, mais vocalement : c’est lui qui annonce de manière les permanentes les nouvelles à la radio, notamment celles concernant le rallye de Monte-Carlo. 

Quel âge aviez-vous ?
J’avais 5 ans et demi.

Quels souvenirs conservez-vous du tournage ?
J’arrive sur le tournage accompagné par ma mère. J’étais très content car j’avais une petite sœur dans le film, Souad Amidou, alors qu’à l’époque, j’étais fils unique. J’ai eu des frères par la suite. J’étais donc très content ! Et puis il y avait Lelouch. C’était lui le patron, impressionnant, mais il avait aussi quelque chose de paternel. Lelouch, je le voyais à la maison, comme un des meilleurs amis de mon père. L’avoir sur le tournage, c’était comme avoir un prolongement de mon père. S’est ajouté à cela le fait que Jean-Louis Trintignant qui jouait le rôle de mon père dans le film s’est également très bien pris au jeu ! Il s’est beaucoup amusé dans ce rôle, notamment dans les premières scènes du film : "Antoine, au karting ! Non, Antoine, au golf !" et quand il me met en situation de conduire la Ford Mustang, on voit qu’il s’amuse. Trintignant a mis du charisme paternel au service de son rôle non seulement pour jouer son rôle, mais pour que le gamin qui joue son fils se sente totalement à l’aise. J’ai encore le souvenir de son attitude très enveloppante et très paternelle. 


Tourner un film devait constituer quelque chose d’exceptionnel pour un enfant, non ? 
En fait, comme mon père était également scénariste, producteur, assister à un tournage pour moi faisait partie des circonstances normales de l’existence ! Et d’ailleurs, tout en ayant compris que cela constituait du travail pour les adultes, je voyais bien qu’ils s’amusaient en travaillant. A l’origine d’une idée qui ne m’a jamais quittée depuis : le travail doit être quelque chose d’amusant. Quand je demandais à mon père ce qu’il allait faire, il me disait : "Je vais m’amuser, je vais travailler".

Quels sont vos autres souvenirs de tournage ?
J’ai un souvenir très vague d’avoir assisté à des séances de visionnage de rush pendant le tournage à Deauville. Sinon, je me souviens étonnamment bien de la scène où on embarque sur un chalutier. J’ai longtemps gardé en mémoire l’image de notre présence à bord de ce chalutier.

Et Cannes ?
Je n’y étais pas, j’étais à l’école. Quand le film a décroché la Palme d’Or, on m’a expliqué de quoi il s’agissait. Autant je me souviens de la jubilation du tournage, autant je n’ai aucun souvenir de Cannes. 

Quel impact ce film a-t-il eu sur votre parcours ultérieur ?
Ce film a un truc étonnant : mes grandes passions dans la vie, ce sont les voitures et le cinéma. C’est donc un film fondateur pour moi, sans que je m’en sois aperçu sur le moment. Jean-Louis Trintignant dit dans le film "Antoine, au karting !", et moi, j’ai gagné un championnat d’Europe de karting ! Les voitures des années 50-60, c’est devenu ma passion. Je roule encore à Montlhéry dans des voitures automobiles de cette époque. C’est ma passion !

Vous revoyez le film ?
Oui, je l’ai revu 6 ou 7 fois. Avec le temps, je suis devenu passionné de cinéma. Ce film, comme plusieurs Lelouch de cette époque – L’Aventure, c’est l’aventure, Le Voyou notamment – sont des films qui ont apporté beaucoup au cinéma français. Ayant consacré ma passion au cinéma, j’ai donc été amené à le revoir plusieurs fois à ce titre. Autre composante : ma passion pour les voitures de course m’a permis de m’intéresser de près au sujet. J’ai écrit un gros article sur les voitures de course au cinéma



Quand Claude Lelouch vous appelle pour Un Homme et une femme 20 ans après, quelle est votre réaction ? 
J’accepte la proposition de Lelouch très volontiers, mais comme une expérience unique, une parenthèse dans ma vie professionnelle. Mon père est mort en 1977. J’avais donc 16 ans. A l’époque, je faisais aussi des courses de hors-bord. J’ai été champion de France dans ce sport. Et ça se retrouve dans le film ! Dans Un Homme et une femme 20 ans après, il y a des scènes de courses de hors-bord sur la Seine, car Lelouch s’est adapté à un sport que je pratiquais réellement. 
Une partie du tournage s’est effectuée dans le désert du Ténéré, avec Thierry Sabine, que je connaissais parce qu’il organisait aussi des courses de hors-bord. De cette expérience, je garde le fait d’avoir partagé avec Thierry Sabine ses derniers instants dans le désert avant son fatal Paris-Dakar. Nous sommes alors en novembre 1985, et il meurt deux mois plus tard. Et Sabine m’a fait écouter dans sa voiture la maquette de L’Aziza de Balavoine qui n’était pas encore sortie et que Balavoine lui avait donnée. Et découvrir la dépêche AFP annonçant la mort de Balavoine et Sabine a constitué l’un des plus gros chocs de ma vie...

Vous êtes resté en contact avec Lelouch ? 
Oui. J’ai vu son dernier film, que je trouve très bien, dans lequel il se régénère. Il est désormais essentiel dans l’histoire du cinéma français. On ne peut plus faire une histoire du cinéma français sans comprendre à quel point Lelouch a été très important. Evidemment, à l’époque, il y avait une forte mise en avant de la Nouvelle Vague. Lelouch était parallèle à ce mouvement. Avec ses premiers films, Lelouch avait du mal à trouver des distributeurs. Même s’il avait été repéré par quelques critiques. Un Homme et une femme est son premier film correctement distribué. Et qui a sauvé sa carrière.

Il est étonnant qu’i n’ait pas déclenché chez vous de vocation d’acteur...

Le Festival de Cannes de Jean-Pierre Lavoignat (journaliste)

Buzz : Journaliste à Première, fondateur de Studio Magazine, réalisateur de documentaires et programmateur aux Fauvettes, Jean-Pierre Lavoignat est un touche à tout du 7e art. Autant dire que c'est un habitué du Festival de Cannes. Ses réponses à notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews) évoquent la projo rock'n'roll de The Wall, des pâtes partagées avec Catherine Deneuve, une fête qui vire à la baston et un noeud papillon.

vendredi 13 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 3 en 11 photos

Buzz : Il s'en est passé des choses en ce troisième jour du Festival de Cannes. Avec Lily-Rose Depp, Blake Lively, des baisers, de la danse, une manif...

Le Festival de Cannes selon Marc Olry (Lost Films)

Buzz : Fondateur de Lost Films, Marc Olry distribue des pépites cinématographiques oubliées. Tel Seconds, projeté au cinéma de la plage, au Festival de Cannes, en 2014. Cette fois-ci, Marc vient présenter en compétition officielle à Cannes Classics Close Encounters with Vilmos Zsigmond, réalisé par Pierre Filmon. Nous lui avons donc soumis notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews). Où il est question d'une rencontre miraculeuse, de badges et de cartes postales.


Cannes 2016 : Ma Loute "hors-norme", "caricatural", "délirant"

Buzz : En compétition officielle au Festival de Cannes, Ma Loute de Bruno Dumont, avec Fabrice Luchini et Juliette Binoche, divise les festivaliers. Florilège.


Cannes 2016 : Moi Daniel Blake - "émotion", "des larmes", "pas subtil"

Buzz : Ken Loach est chez lui au Festival de Cannes. Son film Moi Daniel Blake a bouleversé beaucoup de festivaliers. Florilège de réactions.


jeudi 12 mai 2016

Cannes 2016 : Jour 2 en 10 photos


Buzz : En ce deuxième jour au Festival de Cannes 2016, il a été question de carrosse, de balcon, de Valmont, de fenêtre, de Julia Roberts et de George Clooney. What else ? 


Cannes 2016 : Sieranevada "fascinant", "virtuose", "loong"

Buzz : Avec Sieranevada, en compétition officielle au Festival de Cannes, le cinéaste roumain Cristi Puiu a divisé les festivaliers, entre fascination et irritation. Les 2h53 de ce film autour d'un repas familial ont été dures à digérer. Florilège.


Le Festival de Cannes selon Didier Allouch ("Monsieur Marches")

Buzz : Nous sommes fiers de lancer la saison 4 de notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews) ! Le principe : Cineblogywood soumet à des professionnels du cinéma douze questions sur leur Festival de CannesPremier rendez-vous avec Didier Allouch. 


De même que Clark Kent porte son costume de Superman sous ses habits civils, Didier Allouch porte un smoking sous sa tenue. Y a pas d'autres explications ! Car celui qui officie comme correspondant de Canal+ à Los Angeles est un habitué des tapis rouges et des cérémonies. Il commente notamment la montée des marches pour TV Festival de Cannes. Il voit donc beaucoup de films, rencontre énormément de stars et mange du poisson à tous les repas pour pouvoir mettre des noms sur tous les visages, dégainer ses questions dès que la porte de la limousine s'ouvre et raconter des anecdotes sur n'importe quel film projeté à l'auditorium Louis Lumière. Y a pas d'autres explications ! Didier nous raconte donc son Festival. Où il est question d'une cuite avec Guillermo Del Toro, de malotrus et de sourires.